Asta numismatica n°8

20 - 21 ottobre 2021

ASTA NUMISMATICA MERCOLEDI 20 E GIOVEDI 21 OTTOBRE 2021

VEDI I LOTTI DELL'ASTA 

OFFERTE PIATAFORME: SixbidNumisbidsBidinsideOnebidAuction.fr day 1Auction.fr day 2ShouxiInvaulableEmax day 1Emax day 2NumissearchDrouot.

LIVE PIATTAFORMA: BIDDR

 

PDF catalogo

Condizioni d’asta

Offerte i prenotazione telefonica
Per fare offerte puoi contattarci via e-mail, elencando lotti e offerte. Si prega di allegare una copia del documento di identità oltre a referenze e riferimenti bancari

a commissione è del 20% (24% IVA inclusa). Puoi fare offerte LIVE BIDDR senza costi aggiuntivi.

 

INFORMAZIONE GENERALE

Date : mercoledì 20 e giovedì 21 ottobre 2021
Place : salon Bellevue, place du Casino Mont-Carlo
Esperto: NICOLAS GIMBERT

Asta sotto il ministero del Maître Fréderic Lefèvre di Monte-Carlo
 

AGENDA DELLA GIORNATA DELLE ASTE

• Prima sessione, Mercoledì 20 ottobre: 13.30 - Lotti dal n°1 al n°601

• Seconda sessione, Giovedì 21 ottobre: ore 9.30 - Lotti dal n°602 al n°902

• Terza sessione, Giovedì 21 ottobre: 13.30 - Lotti dal n°903 al n°1446

 

MOSTRA PRIVATA

Fino a martedì 19 ottobre 2021 incluso: MDC 27 avenue de la Costa Monte-Carlo

Mercoledì 20 e giovedì 21 ottobre 2021 dalle 9.00 alle 18.30 : salon Bellevue - place du Casino – Monte-Carlo

InstagramFacebookLinkedin

Leggi di più
Riceve aggiornamenti da noi.
Per essere informato del nostro programma di aste.
Riceve aggiornamenti da noi.
Per essere informato del nostro programma di aste.
Lotto 304
Belgique

Léopold Ier (1831-1865). Essai de 20 centimes au lion par Braemt, contremarqué 5 1859, Bruxelles. Dupr.663 ; Cupro-nickel - 6,09 g - 23 mm - 6 h PCGS SP64 (42177742). Av. L'UNION FAIT LA FORCE. Lion assis à gauche, la patte posée sur une table inscrite CONSTITUTION BELGE 1831 ; à l'exergue : BELGIQUE 1859. Rv. * ESSAI MONÉTAIRE * et au-dessous : 20 CENTIMES ; contremarque 5 au-dessus du 20. Top Pop : c’est le seul exemplaire gradé ! PCGS SP64 (42177742). Les reliefs légèrement mats sur champs miroir. Presque Fleur de coin.

Base d'asta : 200€

Aggiudicato : 260€

Lotto 305
Belgique

Léopold Ier (1831-1865). Essai de 20-XX centimes au lion par Braemt 1860, Bruxelles. Dupr.710 ; Cupro-nickel - 7,71 g - 26 mm - 6 h PCGS SP64 (42177743). Av. L'UNION FAIT LA FORCE / * 20 Cs *. Lion issant à gauche, au-dessous signature BRAEMT. Rv. ROYAUME DE BELGIQUE / * (date)*. Sur un champ guilloché : XX. Top Pop : c’est le seul exemplaire gradé ! PCGS SP64 (42177743). Proche de son état de frappe avec les reliefs satinés. Presque Fleur de coin.

Base d'asta : 100€

Aggiudicato : 300€

Lotto 306
Belgique

Léopold Ier (1831-1865). Essai de 20-20 centimes au lion par Braemt 1860, Bruxelles. Dupr.726 ; Cupro-nickel - 7,67 g - 26 mm - 6 h PCGS SP64 (42177744). Av. L'UNION FAIT LA FORCE / * 20 Cs *. Lion issant à gauche, au-dessous signature BRAEMT. Rv. ROYAUME DE BELGIQUE / * (date)*. Sur un champ guilloché : 20. Top Pop : c’est le seul exemplaire gradé ! PCGS SP64 (42177744). Proche de son état de frappe avec les reliefs satinés. Presque Fleur de coin.

Base d'asta : 100€

Aggiudicato : 260€

Lotto 307
Belgique

Léopold Ier (1831-1865). Essai de 20 centimes en zinc par L. Wiener et Braemt 1860, Bruxelles. Dupr.794/701 ; Zinc - 4,86 g - 25 mm - 6 h PCGS SP64 (42177745). Av. L'UNION * FAIT LA FORCE / *** (date) *** / LEOPOLD PREMIER. Tête nue à gauche, au-dessous signature L. WIENER. Rv. L'UNION FAIT LA FORCE / * 20 Cs *. Sur un champ guilloché, Lion issant à gauche, au-dessous signature BRAEMT. Top Pop : c’est le seul exemplaire gradé ! PCGS SP64 (42177745). Très légère oxydation de surface. Patine grise. Presque Fleur de coin.

Base d'asta : 100€

Aggiudicato : 180€

Lotto 308
Belgique

Léopold Ier (1831-1865). Essai de 20 centimes monnaie d’appoint par L. Wiener 1860, Bruxelles. Dupr.778 ; Cupro-nickel - 6,88 g - 25 mm - 6 h PCGS SP64 (42177746). Av. LEOPOLD PREMIER. Tête nue à gauche, au-dessous signature L. WIENER, bordure de feuilles de chêne. Rv. L'UNION * FAIT * LA * FORCE / * (date) * / MONNAIE D’APPOINT. Au centre : 20. Top Pop : c’est le seul exemplaire gradé ! PCGS SP64 (42177746). Légère patine grise sur le brillant d’origine. Presque Fleur de coin.

Base d'asta : 100€

Aggiudicato : 600€

Lotto 309
Belgique

Léopold Ier (1831-1865). Essai de 20 centimes en bronze-aluminium par L. Wiener et Braemt 1860, Bruxelles. Dupr.794/701 ; Bronze-aluminium - 6,62 g - 25 mm - 6 h PCGS SP64 (42177747). Av. L'UNION * FAIT LA FORCE / *** (date) *** / LEOPOLD PREMIER. Tête nue à gauche, au-dessous signature L. WIENER. Rv. L'UNION FAIT LA FORCE / * 20 Cs *. Sur un champ guilloché, Lion issant à gauche, au-dessous signature BRAEMT. Top Pop : c’est le seul exemplaire gradé ! PCGS SP64 (42177747). Patine dorée aux reflets violacés. Presque Fleur de coin.

Base d'asta : 100€

Aggiudicato : 650€

Lotto 310
Belgique

Léopold Ier (1831-1865). Essai de 10 centimes au lion par Braemt 1859, Bruxelles. Dupr.678 ; Cupro-nickel - 3,91 g - 21 mm - 6 h PCGS Genuine Cleaned - UNC Detail (42177741). Av. L'UNION FAIT LA FORCE. Lion assis à gauche, la patte posée sur une table inscrite CONSTITUTION BELGE 1831 ; à l'exergue : BELGIQUE 1859. Rv. * ESSAI MONÉTAIRE * et au-dessous : 10 CENTIMES. PCGS Genuine Cleaned - UNC Detail (42177741). Très légèrement frotté. Belle patine grise. Superbe à Fleur de coin.

Base d'asta : 100€

Aggiudicato : 280€

Lotto 311
Belgique

Léopold Ier (1831-1865). Essai de 5 centimes au lion par Braemt 1859, Bruxelles. Dupr.682 ; Cupro-nickel - 2,47 g - 18 mm - 6 h PCGS Genuine Cleaned - UNC Detail (42177740). Av. L'UNION FAIT LA FORCE. Lion assis à gauche, la patte posée sur une table inscrite CONSTITUTION BELGE 1831 ; à l'exergue : BELGIQUE 1859. Rv. * ESSAI MONÉTAIRE * et au-dessous : 5 CENTIMES. PCGS Genuine Cleaned - UNC Detail (42177740). Très légèrement frotté au revers. Superbe à Fleur de coin.

Base d'asta : 100€

Aggiudicato : 200€

Lotto 312
Belgique

Léopold II (1865-1909). 5 francs 1875, Bruxelles. KM.24 - Dup.1187 ; Argent - 25 g - 37 mm - 6 h NGC MS 63 (5772703-003). Av. LEOPOLD II ROI DES BELGES. Tête nue à gauche, signature LEOP. WIENER. Rv. L’UNION FAIT LA FORCE. Écu couronné accosté de 5 - F, (date) au-dessous. NGC MS 63 (5772703-003). Superbe à Fleur de coin.

Base d'asta : 150€

Aggiudicato : 220€

Lotto 313
Belgique

Léopold II (1865-1909). 25 centimes, légende flamande, Flan bruni (PROOF) 1908, Bruxelles. KM#63 v. ; Cupro-nickel - 6,5 g - 25 mm - 6 h NGC PF 65 (6141762-005). Av. KONINKRIJK BELGIË. Autour du trou central, deux L affrontées sous une couronne ; au-dessous (date). Rv. Autour du trou central, une branche à gauche et 25 Cen ; signature A. MICHAUX. Top Pop : c’est le plus bel exemplaire gradé ! NGC PF 65 (6141762-005). Inédit en Flan bruni (PROOF) ! Avec une magnifique patine aux reflets dorés. Fleur de coin.

Base d'asta : 300€

Aggiudicato : 420€

Lotto 314
Belgique

Léopold II (1865-1909). Épreuve uniface d’avers de 2 francs par Th. Vinçotte, sur flan mince ND (1904), Bruxelles. Dupr.1463 ; Argent - 5,22 g - 26 mm - 12 h PCGS SP63 (42177753). Av. LEOPOLD II ROI DES BELGES. Tête nue à gauche, au-dessous signature TH. VINÇOTTE. Rv. Lisse. Top Pop : c’est le seul exemplaire gradé ! PCGS SP63 (42177753). Fines rayures au droit. Patine grise avec de beaux reflets dorés. Superbe à Fleur de coin.

Base d'asta : 200€

Aggiudicato : 240€

Lotto 315
Belgique

Léopold II (1865-1909). Module 5 francs, cinquantenaire du royaume, frappe monnaie 1830-1880, Bruxelles. M.9 - Bogaert.1223B1 var. RE frappe monnaie ; Bronze - 25 g - 37 mm - 6 h PCGS SP64BN (42177749). Av. LEOPOLD I - LEOPOLD II. Sous une étoile, bustes accolés à droite de Léopold Ier et de Léopold II, au-dessous signature LEOP WIENER. Rv. 1830 - 1880. Allégorie tenant les tables inscrites CONSTITUTION BELGE, adossée à un lion, au-devant de monuments ; signature L. DEVAUX INV. et CH. WIENER. FEC. Top Pop : c’est le seul exemplaire gradé ! PCGS SP64BN (42177749). Frappe monnaie. Avec encore de sa couleur rouge d’origine sous une légère patine marron. Superbe à Fleur de coin.

Base d'asta : 100€

Aggiudicato : 650€

Lotto 316
Belgique

Léopold II (1865-1909). Module 5 francs, cinquantenaire du royaume, frappe médaille 1830-1880, Bruxelles. M.9 - Bogaert.1223B2 var. RE frappe médaille ; Bronze - 24,67 g - 37 mm - 12 h PCGS SP63BN (42177748). Av. LEOPOLD I - LEOPOLD II. Sous une étoile, bustes accolés à droite de Léopold Ier et de Léopold II, au-dessous signature LEOP WIENER. Rv. 1830 - 1880. Allégorie tenant les tables inscrites CONSTITUTION BELGE, adossée à un lion, au-devant de monuments ; signature L. DEVAUX INV. et CH. WIENER. FEC. Top Pop : c’est le seul exemplaire gradé ! PCGS SP63BN (42177748). Frappe médaille. Très jolie patine marron. Presque Fleur de coin.

Base d'asta : 100€

Aggiudicato : 280€

Lotto 317
Belgique

Léopold II (1865-1909). Module de 5 francs, visite de la Monnaie par les délégués à la Conférence internationale 1892, Bruxelles. Dupr.1259 ; Argent - 25,06 g - 37 mm - 12 h PCGS SP58 (42177751). Av. LEOPOLD II ROI DES BELGES. Tête nue à gauche, au-dessous signature LEOP WIENER. Rv. LES DÉLÉGUÉS À LA CONFÉRENCE INTERNATIONALE/ VISITENT LA MONNAIE DE BRUXELLES. Vue d’un balancier monétaire avec paniers, flans, pinces. Au-dessus (date). PCGS SP58 (42177751). Les reliefs légèrement satinés. De minimes marques de manipulation dans les champs. Superbe à Fleur de coin.

Base d'asta : 500€

Aggiudicato : 600€

Lotto 318
Belgique

Congo, Léopold II (1885-1908). Essai de 5 francs 1896. Dupr.99 - KM.Pn20 ; Argent - 24,58 g - 37 mm - 6 h PCGS SP64 (41817933). Av. LEOP. II R. D. BELG. SOUV. DE L’ETAT INDEP. DU CONGO. Buste à gauche, signature FERNANDUBOIS. Rv. 5 FRANCS (date). Armes couronnées et soutenues par deux lions. Top Pop : c’est le seul exemplaire gradé ! PCGS SP64 (41817933). Tranche en relief : TRAVAIL ET PROGRES. Très rare. Avec une patine grise de collection. Presque Fleur de coin. Le roi Léopold II, avec l'aide de Sir Henry Morton Stanley, a pu revendiquer de devenir le fondateur et propriétaire unique de l'État indépendant du Congo. Il reçut l’autorisation par les nations coloniales d'Europe à la conférence de Berlin de 1884-1885, à la condition d’améliorer la vie des habitants indigènes. Toutefois, le Roi utilisa la région pour son gain personnel, grâce aux ressources en ivoire et en caoutchouc naturel, ainsi qu’au travail forcé de la population indigène, en ayant recours à la force. Ceci lui procura une fortune personnelle immense

Base d'asta : 6000€

Aggiudicato : 8000€

Lotto 319
Belgique

Albert Ier (1909-1934). Essai de 20 francs ou 4 belgas légende française en bronze, flan mat 1931, Bruxelles. KM.Pn.317 - Dupr.2419 ; Bronze - 19,11 g - 28 mm - 6 h PCGS SP63 (42177735). Av. ALBERT. ROI. DES. BELGES. Tête nue à gauche, au-dessous signature A.B. Rv. QUATRE BELGAS. Armes de Belgique sur le sceptre et la main de justice posés en sautoir, le tout sur un manteau couronné accosté de 20 - FR. Au-dessous (date) et signature G.D. Top Pop : c’est le seul exemplaire gradé ! PCGS SP63 (42177735). Flan mat. Superbe à Fleur de coin.

Base d'asta : 200€

Aggiudicato : 200€

Lotto 320
Belgique

Albert Ier (1909-1934). Essai de 20 francs ou 4 belgas légende flamande en bronze, flan mat 1931, Bruxelles. KM.Pn.318 - Dupr.2429 ; Bronze - 18,15 g - 28 mm - 6 h PCGS SP63 (42177734). Av. ALBERT. KONING. DER. BELGIEN. Tête nue à gauche, au-dessous signature A.B. Rv. VIER BELGA. Armes de Belgique sur le sceptre et la main de justice posés en sautoir, le tout sur un manteau couronné accosté de 20 - FR. Au-dessous (date) et signature G.D. Top Pop : c’est le seul exemplaire gradé ! PCGS SP63 (42177734). Flan mat. Superbe à Fleur de coin.

Base d'asta : 200€

Aggiudicato : 240€

Lotto 321
Belgique

Albert Ier (1909-1934). Essai de 5 francs ou 1 belga légende française en bronze, flan mat 1932, Bruxelles. Dupr.2444 ; Bronze - 12,55 g - 28 mm - 6 h PCGS SP62 (42177739). Av. ALBERT. ROI. DES. BELGES. Tête nue à gauche, au-dessous signature G. DEVREESE. Rv. Dans une couronne formée de deux branches, sous une couronne : UN BELGA 5 FRANCS (date) et au-dessous signature A. E. GR. Top Pop : c’est le seul exemplaire gradé ! PCGS SP62 (42177739). Avec une patine dorée et quelques traces de doigts. Superbe.

Base d'asta : 100€

Aggiudicato : 160€

Lotto 322
Belgique

Albert Ier (1909-1934). Essai de 20 francs légende française en bronze, par G. Devreese, flan mat 1834, Bruxelles. KM.Pn.339 - Dupr.2508 ; Bronze - 9,25 g - 28 mm - 6 h PCGS SP60 (42177733). Av. ALBERT. ROI. DES. BELGES. Tête nue à gauche, au-dessous signature DEVREESE. Rv. Armes de Belgique sur le sceptre et la main de justice posés en sautoir, le tout sur un manteau couronné accosté de 20 - FR. Au-dessous (date) et signature G.D. C’est le second plus haut grade ! PCGS SP60 (42177733). De petites taches au revers. Infime nettoyage. Patine dorée. Superbe.

Base d'asta : 100€

Aggiudicato : 160€

Lotto 323
Belgique

Albert Ier (1909-1934). Essai de 20 francs légende flamande en bronze, par G. Devreese, flan mat 1934, Bruxelles. KM.Pn.339 - Dupr.2513 ; Bronze - 9,30 g - 28 mm - 6 h PCGS SP64 (42177736). Av. ALBERT. KONING. DER. BELGIEN. Tête nue à gauche, au-dessous signature DEVREESE. Rv. Armes de Belgique sur le sceptre et la main de justice posés en sautoir, le tout sur un manteau couronné accosté de 20 - FR. Au-dessous (date) et signature G.D. Top Pop : c’est le seul exemplaire gradé ! PCGS SP64 (42177736). Flan mat. Fleur de coin.

Base d'asta : 150€

Aggiudicato : 180€

Lotto 324
Belgique

Albert Ier (1909-1934). Essai de 50 francs Exposition du centenaire des chemins de fer belges légende française en bronze 1935, Bruxelles. Dupr.2529 ; Bronze - 18,76 g - 28 mm - 6 h PCGS SP64BN (42177737). Av. CENTENAIRE DES CHEMINS DE FER BELGES. Façade de bâtiment ferroviaire, au-dessous signature PAUL WISSAERT. Rv. ROYAUME DE BELGIQUE / EXPOSITION DE BRUXELLES. Saint Michel debout de face terrassant le dragon, accosté de 50 - FR. Top Pop : c’est le seul exemplaire gradé ! PCGS SP64BN (42177737). Tranche lisse. Avec encore de sa couleur rouge d’origine autour des reliefs. Presque Fleur de coin.

Base d'asta : 200€

Aggiudicato : 600€

Lotto 325
Belgique

Albert Ier (1909-1934). Essai de 50 francs Exposition du centenaire des chemins de fer belges légende flamande en bronze 1935, Bruxelles. Dupr.2542 ; Bronze - 18,73 g - 28 mm - 6 h PCGS SP63BN (42177738). Av. EEUWGETIJDE DER BELGISCHE SPOORWEGEN. Façade de bâtiment ferroviaire, au-dessous signature PAUL WISSAERT. Rv. KONINKRIJK BELGIE / BRUSSELLSCHE FENTOONSTELLING. Saint Michel debout de face terrassant le dragon, accosté de 50 - FR. Top Pop : c’est le seul exemplaire gradé ! PCGS SP63BN (42177738). Tranche lisse. Avec encore un peu de sa couleur d’origine. Superbe à Fleur de coin.

Base d'asta : 200€

Aggiudicato : 550€

Lotto 326
Belgique

Léopold III (1934-1951). 5 francs légende flamande, frappe fautée 1937, Bruxelles. KM.108 v. ; Nickel - 12,40 g - 31 mm - 6 h PCGS MS64 (42177752). Av. LEOPOLD III. Tête nue à gauche, signée RAU. Derrière (date). Rv. BELGIË sous une couronne. Sur une couronne formée de deux branches : 5 FR. PCGS MS64 (42177752). Frappe fautée au revers, légèrement décentrée avec la trace d’une dépression du métal, sans doute consécutive à l’éjection de la presse monétaire. Presque Fleur de coin.

Base d'asta : 100€

Aggiudicato : 300€

Lotto 327
Brésil

Pierre Ier (1822-1831). 6400 réis pour le couronnement 1822, R, Rio de Janeiro. KM.361 - Fr.108 (= cet ex.) - LMB.592 - Bentes 468.01 ; Or - 14,22 g - 32 mm - 6 h NGC AU DETAILS MOUNT REMOVED (5780868-006). Av. PETRUS. I. D. G. BRASILIÆ. IMPERATOR. Buste à gauche, la tête laurée, signature Z. FERREZ sur la tranche, au-dessous (date) et (atelier). Rv. Dans une couronne formée de deux branches, écu couronné du Brésil avec devise IN HOC SIGNO VINCES. C’est l’exemplaire qui illustre Friedberg, provenant de la collection Louis E. Eliasberg, American Numismatic Rarities, New York, 18-19 avril 2005 puis Heritage vente 3019, 26 avril 2012, n° 23733 et enfin Elsen 135 n° 1281. NGC AU DETAILS MOUNT REMOVED (5780868-006). Trace de monture à 12 h. avec les champs légèrement polis mais un bon centrage et de beaux reliefs. De la plus grande rareté. TTB. De la plus grande rareté avec seulement 64 exemplaires frappés, et quelques exemplaires connus [16 exemplaires répertoriés par Claudio Schroeder dont 7 sont conservés dans des musées]. Sans marque de valeur, c’est la première monnaie du Brésil indépendant, frappée pour le couronnement de l’Empereur Pierre Ier, et distribuée aux dignitaires présents. La gravure est de Zeferino Ferrez à Rio de Janeiro qui, par erreur, place une couronne royale au-dessus des nouvelles armes du Brésil impérial et non pas la couronne impériale. Pierre Ier du Brésil (IV du Portugal) est le 4e fils du régent Jean de Portugal et de son épouse l’infante Charlotte-Joachime d’Espagne, né en 1798. En 1807, il fuit avec sa famille devant l’invasion des forces françaises et grandit à Rio de Janeiro. Après 1815, il reste au Brésil, dont la colonie devient un royaume en 1815. En 1821, son père lui confie la régence du Brésil. Contraint par une révolte qui gronde, il choisit son pays d’adoption plutôt que la loyauté envers son père et déclare choisir l’indépendance ou la mort. Il proclame l’indépendance du Brésil le 7 septembre 1822 et se fait couronner empereur le 12 octobre de la même année

Base d'asta : 60000€

Aggiudicato : 60000€

Lotto 328
Brésil

Pierre Ier (1822-1831). 6400 réis 1827, R, Rio de Janeiro. KM#370.1 - Russo.634 - Fr.109 ; Or - 14,34 g - 32 mm - 12 h PCGS Genuine Damage - AU Details (83890930). Av. PETRUS. I. D. G. CONST. IMP. ET PERP. BRAS. DEF. Buste en uniforme à gauche, au-dessous (date) (atelier). Rv. IN HOC SIGNO VINCES. Dans une couronne formée de deux branches, écu couronné ; au-dessous 6400. PCGS Genuine Damage - AU Details (83890930). Quelques fines griffes au droit sur le buste sinon un exemplaire homogène. Presque Superbe.

Base d'asta : 2000€

Aggiudicato : 6000€

Lotto 329
Bulgarie

Ferdinand Ier (1887-1918). 20 leva, Flan bruni (PROOF) 1894, KB, Kremnitz. KM.20 - Fr.3 ; Or - 6,45 g - 21 mm - 6 h PCGS PR63DCAM (17276753). Av. Légende en cyrillique. Buste à gauche, au-dessous (atelier) et signature A.S. Rv. Légende en cyrillique. Écu couronné accosté de 20 - LEVA ; au-dessous (date). Top Pop : c’est le seul exemplaire gradé ! PCGS PR63DCAM (17276753). Sur Flan bruni (PROOF), avec les reliefs mats sur champs miroir, du plus bel effet. Une fine rayure au-dessus du 20. Coque légèrement défraîchie avec ce grade reçu il y a plusieurs années. Fleur de coin.

Base d'asta : 30000€

Aggiudicato : 32000€

Lotto 330
Bulgarie

Ferdinand Ier (1887-1918). 10 leva, Flan bruni (PROOF) 1894, KB, Kremnitz. KM.19 - Fr.4 ; Or - 3,23 g - 19 mm - 6 h PCGS PR64DCAM (64). Av. Légende en cyrillique. Buste à gauche, au-dessous (atelier) et signature A.S. Rv. Légende en cyrillique. Écu couronné accosté de 10 - LEVA ; au-dessous (date). Top Pop : c’est le seul exemplaire gradé ! PCGS PR64DCAM (64). Sur Flan bruni (PROOF), avec les reliefs mats sur champs miroir, du plus bel effet. Coque légèrement défraîchie avec ce grade reçu il y a plusieurs années. Fleur de coin.

Base d'asta : 30000€

Aggiudicato : 35000€

Lotto 331
Bulgarie

Ferdinand Ier (1887-1918). 5 leva 1892, KB, Kremnitz. KM#15 ; Argent - 25 g - 37 mm - 6 h NGC AU 58 (5943549-004). Av. Légende en cyrillique. Buste à gauche, au-dessous (atelier) et signature A. SCHARFF. Rv. Dans une couronne formée de deux branches, 5 LEVA et (date). NGC AU 58 (5943549-004). De légères marques de manipulation dans les champs et sur les listels. Patine aux reflets dorés. Superbe.

Base d'asta : 200€

Aggiudicato : 750€

Lotto 332
Bulgarie

Ferdinand Ier (1887-1918). 20 leva, commémoration de l’indépendance 1912, Vienne. KM.33 - Fr.6 ; Or - 6,43 g - 21 mm - 6 h NGC AU 58 (5782534-014). Av. Légende en cyrillique. Buste à gauche, signature R. MARSCHALL. Rv. Légende en cyrillique et 22. SEPT. 1908. Entre deux branches, écu couronné, accosté de 20 - LEVA ; au-dessous (date). NGC AU 58 (5782534-014). Rare frappe originale. Superbe. En 1908, Ferdinand de Saxe-Cobourg et Gotha, prince de Bulgarie depuis 1887, utilise les tensions existantes entre les grandes puissances pour déclarer à Veliko Tarnovo l'indépendance de la Bulgarie et la création du royaume de Bulgarie, lui-même prenant le titre de tsar sous le nom de Ferdinand Ier. La date de l’indépendance est retenue au 22 septembre 1908 d’après le calendrier julien ( (5 octobre 1908 du calendrier orthodoxe)

Base d'asta : 1200€

Aggiudicato : 1700€

Lotto 333
Bulgarie

Ferdinand Ier (1887-1918). 1 lev 1916, Vienne. KM#31 ; Argent - 5 g - 23 mm - 6 h PCGS MS63 (41008326). Av. Légende en cyrillique. Buste à gauche, signature R. MARSCHALL. Rv. Dans une couronne formée de deux branches : (valeur) et (date). PCGS MS63 (41008326). Le millésime 1916 fut retiré de la circulation et détruit, peut-être seuls une cinquantaine d’exemplaires survécurent. Très rare. De minimes marques de manipulation. Superbe à Fleur de coin.

Base d'asta : 3000€

Aggiudicato : 6500€

Lotto 334
Bulgarie

Ferdinand Ier (1887-1918). Plaque pour les vingt ans de règne de Ferdinand Ier, Prince des Bulgares, par T. Szirmaï 1907, Paris. Bronze argenté - 86,36 g - 74 mm - 12 h Av. IN MEMORIAM GLORIOSISSIMAM. Dans un décor de soleil rayonnant inscrit PAX, Une femme tient une couronne sur un médaillon représentant Ferdinand Ier avec légende FERDINAND I, tandis qu’une autre femme, assise sur un trône, écrit sur une table LABOR US OMNIA VINCIT ; signature T. SZIRMAÏ. Rv. PAX - LABOR et 1887 - 1907. Dans un décor, sous un chêne, une femme lève une palme, un livre sur les genoux inscrit SPES SIC ITUR AD ASTRA. Face à elle, un ange appuyé sur un écu aux armes du royaume et sur une épée ; signature T. SZIRMAÏ. Plaque constituée de deux fontes soudées, en bronze argenté, dans son coffret d’origine en similicuir marron, orné d’une couronne princière. Patine hétérogène au droit sinon Superbe. En août 1886, le prince Alexandre de Battenberg, qui règne sur la principauté de Bulgarie depuis 1879, est chassé du trône par un coup d'État dirigé en sous-main par la Russie. Le président de l’Assemblée nationale, Stefan Stambolov, assure la régence jusqu’en juillet 1887. L'Assemblée nationale bulgare se réunit à Tarnovo pour procéder à l'élection du souverain bulgare : Ferdinand, Prince de la maison de Saxe-Cobourg et Gotha, est proclamé à l'unanimité Prince de Bulgarie, sous le nom de Ferdinand Ier. Sa principauté demeure toutefois vassale de l'Empire ottoman, d'après le traité de Berlin de 1878. Après l’assassinat de Stambolov en 1895, Ferdinand règne seul. Les troubles politiques en Turquie lui permettront de rompre les derniers liens de soumission liant la Bulgarie à la Sublime Porte. En 1908, Ferdinand se proclame tsar des Bulgares, titre qu’il conservera jusqu’à son abdication en faveur de son fils Boris en octobre 1918

Base d'asta : 1000€

Aggiudicato : 1250€

Lotto 335
Bulgarie

Boris III (1918-1943). Essai de 2 leva 1925, Poissy (éclair). KM.- (cf.E9 Paris) ; Cupro-nickel - 4,97 g - 23 mm - 6 h PCGS SP66 (41374316). Av. Légende en cyrillique. Armes posées sur un manteau couronné. Rv. Dans une couronne formée de deux branches : 2 LEVA (date) et (atelier) ; au-dessus ESSAI. Top Pop : c’est le plus bel exemplaire gradé ! PCGS SP66 (41374316). Fleur de coin.

Base d'asta : 4000€

Aggiudicato : 15000€

Lotto 336
Cambodge

Norodom Ier (1860-1904). 50 centimes Or 1860 [c.1875], Bruxelles (Würden) [puis Phnom Penh]. Lec.47a (2 ex. connus) - Fr.5 ; Or - 3,6 g - 18 mm - 6 h NGC MS 65 (3706901-015). Av. NORODOM I ROI DU CAMBODGE. Tête nue à gauche, signature C. WURDEN et au-dessous (date). Rv. Légende et armoiries du Cambodge. NGC MS 65 (3706901-015). Frappe avec un coin rouillé, un peu faible. Dans son état d’origine. Presque Fleur de coin. Les frappes au nom de Norodom furent réalisées à partir de 1875 dans l’atelier de Charles Würden à Bruxelles, et datées 1860. Les coins furent ensuite cédés au Roi Norodom qui les fit utiliser dans l’atelier de Phnom Penh, jusqu’à usure des coins. Ces monnaies ne furent jamais mises en circulation mais elles furent distribuées par le souverain lors des événements

Base d'asta : 4000€

Aggiudicato : 5000€

Lotto 337
Cameroun

Ahmadou Ahidjo (1960-1982). Jeton des Assurances mutuelles du Cameroun ND (1964-1996), Paris. Lec.24a = cet ex. - Gail.1841 ; Bronze argenté - 19,31 g - 35 mm - 12 h Av. Allégorie de l’Afrique assise à gauche, coiffée de la dépouille d’éléphant, tenant un scorpion et une corne d’abondance, un panier rempli d’épis de blé à ses pieds. Autour noms des villes : DAKAR ABIDJAN YAOUNDE LIBREVILLE KAOLACH BOUAKE DOUALA LAMBARENE St LOUIS YAMOSSOUKRO NKONGSAMBA PORT GENTIL THIES AGBOVILLE GAROUA OYEM SASSANDRA BAFOUSSAM FRANCEVILLE DIOURBEL GAGNOA DSCHANG NDJOLE. Rv. En quatre lignes : ASSURANCES MUTUELLES DU CAMEROUN. De la collection Jean Lecompte. C’est l’exemplaire qui illustre l’ouvrage de Jean Lecompte, Monnaies et jetons des colonies françaises, éditions Gadoury, 2007. Patine grise. Superbe. Les Assurances mutuelles du Cameroun, ou AMACAM, sont constituées en 1964 avec 14 filiales et 12 bureaux régionaux, et 60000 actionnaires. Après divers déboires financiers liés à des disparitions d’argent et un incendie dans les bureaux qui détruisit de nombreux documents, et malgré un programme de redressement imposé par le gouvernement, la société fait faillite en 1996

Base d'asta : 200€

Lotto 338
Cameroun

Ahmadou Ahidjo (1960-1982). Pré-série sans le mot ESSAI de 100 francs antilopes par Bazor 1965, Paris. KM.cf E11 ; Nickel - 11,95 g - 25 mm - 6 h PCGS SP64 (42111071). Av. ETAT DU CAMEROUN / BANQUE CENTRALE / PAIX. TRAVAIL. PATRIE / PEACE. WORK. FATHERLAND. Trois antilopes à gauche, signature G. B. L. BAZOR. Rv. Dans une frise décorée, en trois lignes : (date) 100 FRANCS. Top Pop : c’est le seul exemplaire gradé ! PCGS SP64 (42111071). Le flan à peine taché au droit. Presque Fleur de coin.

Base d'asta : 500€

Aggiudicato : 750€

Lotto 339
Canada

Georges V (1910-1936). Souverain, frappe specimen (SP) 1911, C, Ottawa. KM#20 - S.3997 - Fr.2 ; Or - 7,98 g - 21 mm - 12 h PCGS SP 67 (06555718). Av. GEORGIVS V D. G. BRITT: OMN: REX F. D. IND: IMP:. Tête nue à gauche, signature B. M. Rv. Saint Georges terrassant le dragon, (atelier) sur le sol, (date) à l’exergue et signature B. P. PCGS SP 67 (06555718). Frappe specimen (SP). Fleur de coin.

Base d'asta : 10000€

Aggiudicato : 14000€

Lotto 340
Canada

Georges V (1910-1936). 5 dollars, frappe specimen (SP) 1912, Ottawa. KM#26 - Fr.4 ; Or - 8,35 g - 21 mm - 12 h PCGS SP 67 (06555719). Av. GEORGIVS V DEI GRA: REX ET IND: IMP:. Buste couronné à gauche, signature B. M. Rv. CANADA FIVE DOLLARS. Sur une couronne formée de deux branches d’érable, écu parti, au-dessous (date). PCGS SP 67 (06555719). Frappe specimen (SP), connue uniquement pour ce millésime. Fleur de coin.

Base d'asta : 10000€

Aggiudicato : 12000€

Lotto 341
Chine

Empire de Chine, Chihli. Dollar Guangxu (Kwang hsu), petites lettres, DDO (Sm Ltrs) 1908 - An 34, Tientsin (arsenal de Pei Yang). Y.73 - L&M.465 ; Argent - 26,7 g - 38 mm - 6 h PCGS Genuine Gouged-XF Detail (41819817). Av. Caractères chinois et (date). Rv. 34th YEAR OF KUANG HSÜ / PEI YANG. Dragon de face. PCGS Genuine Gouged-XF Detail (41819817). Champs légèrement repris. Marques de manipulation dans les champs. TTB.

Base d'asta : 500€

Aggiudicato : 500€

Lotto 342
Chine

République de Chine (1912-1949). Dollar, Sun Yat-Sen, étoiles basses ND (1912). Y.319 - L&M.42 ; Argent - 26,5 g - 39 mm - 12 h PCGS Genuine Harshly Cleaned - AU Detail (41321151). Av. Légende en caractères chinois. Buste à gauche de Sun Yat-Sen. Rv. THE REPUBLIC OF CHINA / ONE DOLLAR Provient de la collection du Dr Jean Augustin Bussière, médecin et conseiller de la présidence chinoise de 1916 à 1924. PCGS Genuine Harshly Cleaned - AU Detail (41321151). Traces d’un léger brossage. Avec encore de son brillant au droit. Superbe. Les pièces du « médecin de l’Empereur » Jean-Augustin Bussière (1872-1958) est fils d’instituteur rural de la Creuse et aîné de sept enfants. Il embrasse la carrière de médecin militaire en 1890 et, à sa sortie de l’École de Santé de la Marine et des Colonies, il participe de 1895 à 1912 à la lutte contre la variole, la peste et le choléra par la vaccination au Sénégal, à Pondichéry, à Saigon, à Chiraz et Bouchir. Jeune « pasteurien » remarqué, il accumule les récompenses et devient l’adjoint du directeur du Service de Santé des Troupes coloniales aux Invalides, et médecin de famille du maréchal Joffre, de 1909 à 1912. Il arrive en Chine en 1913 comme médecin chef du 16ème régiment d’infanterie coloniale de Tientsin et professeur de l’École de médecine navale. Un an plus tard, il devient le médecin de la légation de France à Pékin et le médecin-chef de l’hôpital français Saint Michel. Sa réputation de chirurgien grandit très vite car il soigne sans distinction les chinois les plus pauvres comme les dignitaires déchus de la cour impériale, les étrangers des légations et les politiciens de la Chine nouvelle. Victor Ségalen qui part explorer la statuaire dans l’Ouest de la Chine lui transmet dès son arrivée le poste de conseiller médical du Président Yuan Shikai, et de son fils Yuan Keding. Il partage avec son homologue chinois le Dr Watt Wing Tsas, l’ascension du leader chinois et même sa tentative de se faire autoproclamer empereur. Il recevra à cette occasion des propres mains de Yuan Shikai d’exceptionnelles frappes d’essais de monnaies. Après la disparition de Yuan Shikai, sa notoriété de « médecin de l’Empereur » comme le surnomme la presse locale, lui amène la charge de médecin conseiller des présidents Li Yuanhong, Feng Guozhang, Xu Shichang, et Cao Kun jusqu’en 1924. Sous leurs mandats, il devient doyen de l’Université l’Aurore à Shanghai, et fonde avec le président de l’université de Pékin Li Shizheng l’Université Sino-Française et sa branche médicale. En 1925, il est appelé au chevet du fondateur de la République Chinoise Sun Yatsen dont il assiste les derniers moments. Il sera aussi président de l’Alliance française et de la Croix Rouge française à Pékin. Quand il n’est pas au bloc opératoire, cet humaniste éclectique reçoit dans son « salon littéraire » du Hutong Ta Tien Shui Tsing à deux pas de la cité interdite, écrivains, voyageurs, diplomates, érudits et artistes chinois comme Xi Baishi, Mei Lanfan, Saint John Perse, Teilhard de Chardin, Alexandra David-Neel, Swen Hedin, Claude Farrère, Paul Pelliot. En 1937, en fait de retraite, il prend fait et cause pour les chinois contre la cruauté de l’occupation japonaise. Resté seul après le départ de ses enfants et petits-enfants, il se lie à une jeune artiste chinoise. Mais la pression des autorités du nouveau régime est trop forte et en 1954, après avoir passé 41 années à Pékin, Jean-Augustin Bussière rentre en France accompagné de sa jeune épouse Wu Sidan et se retire non loin de son village natal, à Châteauneuf-les-Bains où il s’éteint quatre ans plus tard en 1958, à l’âge de 85 ans, non sans avoir bâti à nouveau maison, famille et descendance. Après 60 ans d’oubli, son nom resurgit en 2014 lors du 50ème anniversaire des relations France-Chine (1964-2014), en raison des faits héroïques accomplis pendant la seconde guerre mondiale lorsqu’il transporta à vélo, de l’Hôpital Saint Michel à son dispensaire situé à 40 km dans les collines de Xishan, pendant plusieurs années, des pansements et médicaments à travers les lignes japonaises pour soigner les blessés chinois et les troupes arrières. Cette collection unique de frappes d’essais de monnaies est constituée des remerciements personnels des présidents pour services rendus à la nation, et s’inscrit définitivement comme un morceau de l’histoire de la Première République Chinoise et des relations franco-chinoises vécues par le témoin privilégié que fut le docteur Jean-Augustin Bussière. Jean-Louis Bussière, fils de Jean-Augustin Bussière

Base d'asta : 3000€

Aggiudicato : 4500€

Lotto 343
Chine

République de Chine (1912-1949). Dollar, Li Yuanhong ND (1912). Y.321 - L&M.45 ; Argent - 26,5 g - 39 mm - 12 h PCGS Genuine Harshly Cleaned - XF Detail (41321152). Av. Légende en caractères chinois. Buste à gauche de Li Yuanhong. Rv. THE REPUBLIC OF CHINA / ONE DOLLAR Provient de la collection du Dr Jean Augustin Bussière, médecin et conseiller de la présidence chinoise de 1916 à 1924. PCGS Genuine Harshly Cleaned - XF Detail (41321152). Surfaces nettoyées. Usure régulière de circulation. TTB. Les pièces du « médecin de l’Empereur » Jean-Augustin Bussière (1872-1958) est fils d’instituteur rural de la Creuse et aîné de sept enfants. Il embrasse la carrière de médecin militaire en 1890 et, à sa sortie de l’École de Santé de la Marine et des Colonies, il participe de 1895 à 1912 à la lutte contre la variole, la peste et le choléra par la vaccination au Sénégal, à Pondichéry, à Saigon, à Chiraz et Bouchir. Jeune « pasteurien » remarqué, il accumule les récompenses et devient l’adjoint du directeur du Service de Santé des Troupes coloniales aux Invalides, et médecin de famille du maréchal Joffre, de 1909 à 1912. Il arrive en Chine en 1913 comme médecin chef du 16ème régiment d’infanterie coloniale de Tientsin et professeur de l’École de médecine navale. Un an plus tard, il devient le médecin de la légation de France à Pékin et le médecin-chef de l’hôpital français Saint Michel. Sa réputation de chirurgien grandit très vite car il soigne sans distinction les chinois les plus pauvres comme les dignitaires déchus de la cour impériale, les étrangers des légations et les politiciens de la Chine nouvelle. Victor Ségalen qui part explorer la statuaire dans l’Ouest de la Chine lui transmet dès son arrivée le poste de conseiller médical du Président Yuan Shikai, et de son fils Yuan Keding. Il partage avec son homologue chinois le Dr Watt Wing Tsas, l’ascension du leader chinois et même sa tentative de se faire autoproclamer empereur. Il recevra à cette occasion des propres mains de Yuan Shikai d’exceptionnelles frappes d’essais de monnaies. Après la disparition de Yuan Shikai, sa notoriété de « médecin de l’Empereur » comme le surnomme la presse locale, lui amène la charge de médecin conseiller des présidents Li Yuanhong, Feng Guozhang, Xu Shichang, et Cao Kun jusqu’en 1924. Sous leurs mandats, il devient doyen de l’Université l’Aurore à Shanghai, et fonde avec le président de l’université de Pékin Li Shizheng l’Université Sino-Française et sa branche médicale. En 1925, il est appelé au chevet du fondateur de la République Chinoise Sun Yatsen dont il assiste les derniers moments. Il sera aussi président de l’Alliance française et de la Croix Rouge française à Pékin. Quand il n’est pas au bloc opératoire, cet humaniste éclectique reçoit dans son « salon littéraire » du Hutong Ta Tien Shui Tsing à deux pas de la cité interdite, écrivains, voyageurs, diplomates, érudits et artistes chinois comme Xi Baishi, Mei Lanfan, Saint John Perse, Teilhard de Chardin, Alexandra David-Neel, Swen Hedin, Claude Farrère, Paul Pelliot. En 1937, en fait de retraite, il prend fait et cause pour les chinois contre la cruauté de l’occupation japonaise. Resté seul après le départ de ses enfants et petits-enfants, il se lie à une jeune artiste chinoise. Mais la pression des autorités du nouveau régime est trop forte et en 1954, après avoir passé 41 années à Pékin, Jean-Augustin Bussière rentre en France accompagné de sa jeune épouse Wu Sidan et se retire non loin de son village natal, à Châteauneuf-les-Bains où il s’éteint quatre ans plus tard en 1958, à l’âge de 85 ans, non sans avoir bâti à nouveau maison, famille et descendance. Après 60 ans d’oubli, son nom resurgit en 2014 lors du 50ème anniversaire des relations France-Chine (1964-2014), en raison des faits héroïques accomplis pendant la seconde guerre mondiale lorsqu’il transporta à vélo, de l’Hôpital Saint Michel à son dispensaire situé à 40 km dans les collines de Xishan, pendant plusieurs années, des pansements et médicaments à travers les lignes japonaises pour soigner les blessés chinois et les troupes arrières. Cette collection unique de frappes d’essais de monnaies est constituée des remerciements personnels des présidents pour services rendus à la nation, et s’inscrit définitivement comme un morceau de l’histoire de la Première République Chinoise et des relations franco-chinoises vécues par le témoin privilégié que fut le docteur Jean-Augustin Bussière. Jean-Louis Bussière, fils de Jean-Augustin Bussière

Base d'asta : 1000€

Aggiudicato : 5000€

Lotto 344
Chine

République de Chine, province du Sichuan (Szechuan). 10 cash An 2 (1913). Y#447 ; Bronze - 27 mm - 12 h NGC MS 64 (6141754-017). Av. Légende. Dans un cercle de 18 annelets, motif ; autour, deux rosettes. Rv. Légende circulaire. Au centre, caractères autour d’une fleur. C’est le second plus haut grade ! NGC MS 64 (6141754-017). Seul un exemplaire est techniquement supérieur en MS 65. Frappe un peu faible à droite mais proche de son état de frappe. Superbe à Fleur de coin.

Base d'asta : 500€

Aggiudicato : 550€

Lotto 345
Chine

République de Chine (1912-1949). Dollar, Yuan Shikai An 3 (1914). Y.329 - L&M.63 ; Argent - 26,4 g - 39 mm - 12 h NGC MS 63 (5778835-002). Av. Légende en caractères chinois. Buste de profil de Yuan Shikai à gauche. Rv. Caractères dans une couronne formée de deux branches. NGC MS 63 (5778835-002). Superbe.

Base d'asta : 200€

Aggiudicato : 850€

Lotto 346
Chine

République de Chine (1912-1949). Dollar, Yuan Shikai An 3 (1914). Y.329 - L&M.63 ; Argent - 26,4 g - 39 mm - 12 h PCGS Genuine Cleaned-AU Detail (41819811). Av. Légende en caractères chinois. Buste de profil de Yuan Shikai à gauche. Rv. Caractères dans une couronne formée de deux branches. PCGS Genuine Cleaned-AU Detail (41819811). Léger nettoyage au droit. TTB à Superbe.

Base d'asta : 200€

Aggiudicato : 340€

Lotto 347
Chine

République de Chine (1912-1949). Essai du Dollar, Yuan Shikai, par L. Giorgi An 3 (1914), Tientsin. KM.Pn31 - Kann.645 - L&M.67 ; Argent - 25,87 g - 39 mm - 12 h NGC UNC DETAILS CLEANED (6142126-005). Av. Légende en caractères chinois. Buste de profil de Yuan Shikai à gauche ; signature derrière L. GIORGI. Rv. Caractères dans une couronne formée de deux branches. Provient de la collection du Dr Jean Augustin Bussière, médecin et conseiller de la présidence chinoise de 1916 à 1924. NGC UNC DETAILS CLEANED (6142126-005). Tranche striée. Par Luigi Giorgi, graveur en chef de la Monnaie de Tientsin entre 1910 et 1920, qui signe sur les essais uniquement (les frappes courantes ne portent pas sa signature). Légèrement astiqué mais avec les détails presque intacts. Superbe. Les pièces du « médecin de l’Empereur » Jean-Augustin Bussière (1872-1958) est fils d’instituteur rural de la Creuse et aîné de sept enfants. Il embrasse la carrière de médecin militaire en 1890 et, à sa sortie de l’École de Santé de la Marine et des Colonies, il participe de 1895 à 1912 à la lutte contre la variole, la peste et le choléra par la vaccination au Sénégal, à Pondichéry, à Saigon, à Chiraz et Bouchir. Jeune « pasteurien » remarqué, il accumule les récompenses et devient l’adjoint du directeur du Service de Santé des Troupes coloniales aux Invalides, et médecin de famille du maréchal Joffre, de 1909 à 1912. Il arrive en Chine en 1913 comme médecin chef du 16ème régiment d’infanterie coloniale de Tientsin et professeur de l’École de médecine navale. Un an plus tard, il devient le médecin de la légation de France à Pékin et le médecin-chef de l’hôpital français Saint Michel. Sa réputation de chirurgien grandit très vite car il soigne sans distinction les chinois les plus pauvres comme les dignitaires déchus de la cour impériale, les étrangers des légations et les politiciens de la Chine nouvelle. Victor Ségalen qui part explorer la statuaire dans l’Ouest de la Chine lui transmet dès son arrivée le poste de conseiller médical du Président Yuan Shikai, et de son fils Yuan Keding. Il partage avec son homologue chinois le Dr Watt Wing Tsas, l’ascension du leader chinois et même sa tentative de se faire autoproclamer empereur. Il recevra à cette occasion des propres mains de Yuan Shikai d’exceptionnelles frappes d’essais de monnaies. Après la disparition de Yuan Shikai, sa notoriété de « médecin de l’Empereur » comme le surnomme la presse locale, lui amène la charge de médecin conseiller des présidents Li Yuanhong, Feng Guozhang, Xu Shichang, et Cao Kun jusqu’en 1924. Sous leurs mandats, il devient doyen de l’Université l’Aurore à Shanghai, et fonde avec le président de l’université de Pékin Li Shizheng l’Université Sino-Française et sa branche médicale. En 1925, il est appelé au chevet du fondateur de la République Chinoise Sun Yatsen dont il assiste les derniers moments. Il sera aussi président de l’Alliance française et de la Croix Rouge française à Pékin. Quand il n’est pas au bloc opératoire, cet humaniste éclectique reçoit dans son « salon littéraire » du Hutong Ta Tien Shui Tsing à deux pas de la cité interdite, écrivains, voyageurs, diplomates, érudits et artistes chinois comme Xi Baishi, Mei Lanfan, Saint John Perse, Teilhard de Chardin, Alexandra David-Neel, Swen Hedin, Claude Farrère, Paul Pelliot. En 1937, en fait de retraite, il prend fait et cause pour les chinois contre la cruauté de l’occupation japonaise. Resté seul après le départ de ses enfants et petits-enfants, il se lie à une jeune artiste chinoise. Mais la pression des autorités du nouveau régime est trop forte et en 1954, après avoir passé 41 années à Pékin, Jean-Augustin Bussière rentre en France accompagné de sa jeune épouse Wu Sidan et se retire non loin de son village natal, à Châteauneuf-les-Bains où il s’éteint quatre ans plus tard en 1958, à l’âge de 85 ans, non sans avoir bâti à nouveau maison, famille et descendance. Après 60 ans d’oubli, son nom resurgit en 2014 lors du 50ème anniversaire des relations France-Chine (1964-2014), en raison des faits héroïques accomplis pendant la seconde guerre mondiale lorsqu’il transporta à vélo, de l’Hôpital Saint Michel à son dispensaire situé à 40 km dans les collines de Xishan, pendant plusieurs années, des pansements et médicaments à travers les lignes japonaises pour soigner les blessés chinois et les troupes arrières. Cette collection unique de frappes d’essais de monnaies est constituée des remerciements personnels des présidents pour services rendus à la nation, et s’inscrit définitivement comme un morceau de l’histoire de la Première République Chinoise et des relations franco-chinoises vécues par le témoin privilégié que fut le docteur Jean-Augustin Bussière. Jean-Louis Bussière, fils de Jean-Augustin Bussière

Base d'asta : 30000€

Aggiudicato : 85000€

Lotto 348
Chine

République de Chine (1912-1949). Essai du Dollar, Yuan Shikai, par L. Giorgi An 3 (1914), Tientsin. KM.Pn31 - Kann.645 - L&M.67 ; Argent - 26,88 g - 39 mm - 12 h NGC AU Details Harshly Cleaned (6142126-004). Av. Légende en caractères chinois. Buste de profil de Yuan Shikai à gauche ; signature derrière L. GIORGI. Rv. Caractères dans une couronne formée de deux branches. Provient de la collection du Dr Jean Augustin Bussière, médecin et conseiller de la présidence chinoise de 1916 à 1924. NGC AU Details Harshly Cleaned (6142126-004). Tranche striée. Par Luigi Giorgi, graveur en chef de la Monnaie de Tientsin entre 1910 et 1920, qui signe sur les essais uniquement (les frappes courantes ne portent pas sa signature). Exemplaire astiqué mais conservant de beaux reliefs. TTB à Superbe. Les pièces du « médecin de l’Empereur » Jean-Augustin Bussière (1872-1958) est fils d’instituteur rural de la Creuse et aîné de sept enfants. Il embrasse la carrière de médecin militaire en 1890 et, à sa sortie de l’École de Santé de la Marine et des Colonies, il participe de 1895 à 1912 à la lutte contre la variole, la peste et le choléra par la vaccination au Sénégal, à Pondichéry, à Saigon, à Chiraz et Bouchir. Jeune « pasteurien » remarqué, il accumule les récompenses et devient l’adjoint du directeur du Service de Santé des Troupes coloniales aux Invalides, et médecin de famille du maréchal Joffre, de 1909 à 1912. Il arrive en Chine en 1913 comme médecin chef du 16ème régiment d’infanterie coloniale de Tientsin et professeur de l’École de médecine navale. Un an plus tard, il devient le médecin de la légation de France à Pékin et le médecin-chef de l’hôpital français Saint Michel. Sa réputation de chirurgien grandit très vite car il soigne sans distinction les chinois les plus pauvres comme les dignitaires déchus de la cour impériale, les étrangers des légations et les politiciens de la Chine nouvelle. Victor Ségalen qui part explorer la statuaire dans l’Ouest de la Chine lui transmet dès son arrivée le poste de conseiller médical du Président Yuan Shikai, et de son fils Yuan Keding. Il partage avec son homologue chinois le Dr Watt Wing Tsas, l’ascension du leader chinois et même sa tentative de se faire autoproclamer empereur. Il recevra à cette occasion des propres mains de Yuan Shikai d’exceptionnelles frappes d’essais de monnaies. Après la disparition de Yuan Shikai, sa notoriété de « médecin de l’Empereur » comme le surnomme la presse locale, lui amène la charge de médecin conseiller des présidents Li Yuanhong, Feng Guozhang, Xu Shichang, et Cao Kun jusqu’en 1924. Sous leurs mandats, il devient doyen de l’Université l’Aurore à Shanghai, et fonde avec le président de l’université de Pékin Li Shizheng l’Université Sino-Française et sa branche médicale. En 1925, il est appelé au chevet du fondateur de la République Chinoise Sun Yatsen dont il assiste les derniers moments. Il sera aussi président de l’Alliance française et de la Croix Rouge française à Pékin. Quand il n’est pas au bloc opératoire, cet humaniste éclectique reçoit dans son « salon littéraire » du Hutong Ta Tien Shui Tsing à deux pas de la cité interdite, écrivains, voyageurs, diplomates, érudits et artistes chinois comme Xi Baishi, Mei Lanfan, Saint John Perse, Teilhard de Chardin, Alexandra David-Neel, Swen Hedin, Claude Farrère, Paul Pelliot. En 1937, en fait de retraite, il prend fait et cause pour les chinois contre la cruauté de l’occupation japonaise. Resté seul après le départ de ses enfants et petits-enfants, il se lie à une jeune artiste chinoise. Mais la pression des autorités du nouveau régime est trop forte et en 1954, après avoir passé 41 années à Pékin, Jean-Augustin Bussière rentre en France accompagné de sa jeune épouse Wu Sidan et se retire non loin de son village natal, à Châteauneuf-les-Bains où il s’éteint quatre ans plus tard en 1958, à l’âge de 85 ans, non sans avoir bâti à nouveau maison, famille et descendance. Après 60 ans d’oubli, son nom resurgit en 2014 lors du 50ème anniversaire des relations France-Chine (1964-2014), en raison des faits héroïques accomplis pendant la seconde guerre mondiale lorsqu’il transporta à vélo, de l’Hôpital Saint Michel à son dispensaire situé à 40 km dans les collines de Xishan, pendant plusieurs années, des pansements et médicaments à travers les lignes japonaises pour soigner les blessés chinois et les troupes arrières. Cette collection unique de frappes d’essais de monnaies est constituée des remerciements personnels des présidents pour services rendus à la nation, et s’inscrit définitivement comme un morceau de l’histoire de la Première République Chinoise et des relations franco-chinoises vécues par le témoin privilégié que fut le docteur Jean-Augustin Bussière. Jean-Louis Bussière, fils de Jean-Augustin Bussière

Base d'asta : 20000€

Aggiudicato : 80000€

Lotto 349
Chine

République de Chine (1912-1949). Essai du Dollar, Yuan Shikai, par L. Giorgi An 3 (1914), Tientsin. KM.Pn33 - Kann.643a - L&M.6773 ; Argent - 26 g - 39 mm - 12 h NGC UNC Details harshly Cleaned (6142126-003). Av. Légende en caractères chinois. Buste de trois-quarts de face de Yuan Shikai à gauche ; signature derrière L. GIORGI. Rv. Caractères dans une couronne formée de deux branches. Provient de la collection du Dr Jean Augustin Bussière, médecin et conseiller de la présidence chinoise de 1916 à 1924. NGC UNC Details harshly Cleaned (6142126-003). Tranche striée. Par Luigi Giorgi, graveur en chef de la Monnaie de Tientsin entre 1910 et 1920, qui signe sur les essais uniquement (les frappes courantes ne portent pas sa signature). Exemplaire astiqué mais qui conserve de beaux reliefs. Superbe. Les pièces du « médecin de l’Empereur » Jean-Augustin Bussière (1872-1958) est fils d’instituteur rural de la Creuse et aîné de sept enfants. Il embrasse la carrière de médecin militaire en 1890 et, à sa sortie de l’École de Santé de la Marine et des Colonies, il participe de 1895 à 1912 à la lutte contre la variole, la peste et le choléra par la vaccination au Sénégal, à Pondichéry, à Saigon, à Chiraz et Bouchir. Jeune « pasteurien » remarqué, il accumule les récompenses et devient l’adjoint du directeur du Service de Santé des Troupes coloniales aux Invalides, et médecin de famille du maréchal Joffre, de 1909 à 1912. Il arrive en Chine en 1913 comme médecin chef du 16ème régiment d’infanterie coloniale de Tientsin et professeur de l’École de médecine navale. Un an plus tard, il devient le médecin de la légation de France à Pékin et le médecin-chef de l’hôpital français Saint Michel. Sa réputation de chirurgien grandit très vite car il soigne sans distinction les chinois les plus pauvres comme les dignitaires déchus de la cour impériale, les étrangers des légations et les politiciens de la Chine nouvelle. Victor Ségalen qui part explorer la statuaire dans l’Ouest de la Chine lui transmet dès son arrivée le poste de conseiller médical du Président Yuan Shikai, et de son fils Yuan Keding. Il partage avec son homologue chinois le Dr Watt Wing Tsas, l’ascension du leader chinois et même sa tentative de se faire autoproclamer empereur. Il recevra à cette occasion des propres mains de Yuan Shikai d’exceptionnelles frappes d’essais de monnaies. Après la disparition de Yuan Shikai, sa notoriété de « médecin de l’Empereur » comme le surnomme la presse locale, lui amène la charge de médecin conseiller des présidents Li Yuanhong, Feng Guozhang, Xu Shichang, et Cao Kun jusqu’en 1924. Sous leurs mandats, il devient doyen de l’Université l’Aurore à Shanghai, et fonde avec le président de l’université de Pékin Li Shizheng l’Université Sino-Française et sa branche médicale. En 1925, il est appelé au chevet du fondateur de la République Chinoise Sun Yatsen dont il assiste les derniers moments. Il sera aussi président de l’Alliance française et de la Croix Rouge française à Pékin. Quand il n’est pas au bloc opératoire, cet humaniste éclectique reçoit dans son « salon littéraire » du Hutong Ta Tien Shui Tsing à deux pas de la cité interdite, écrivains, voyageurs, diplomates, érudits et artistes chinois comme Xi Baishi, Mei Lanfan, Saint John Perse, Teilhard de Chardin, Alexandra David-Neel, Swen Hedin, Claude Farrère, Paul Pelliot. En 1937, en fait de retraite, il prend fait et cause pour les chinois contre la cruauté de l’occupation japonaise. Resté seul après le départ de ses enfants et petits-enfants, il se lie à une jeune artiste chinoise. Mais la pression des autorités du nouveau régime est trop forte et en 1954, après avoir passé 41 années à Pékin, Jean-Augustin Bussière rentre en France accompagné de sa jeune épouse Wu Sidan et se retire non loin de son village natal, à Châteauneuf-les-Bains où il s’éteint quatre ans plus tard en 1958, à l’âge de 85 ans, non sans avoir bâti à nouveau maison, famille et descendance. Après 60 ans d’oubli, son nom resurgit en 2014 lors du 50ème anniversaire des relations France-Chine (1964-2014), en raison des faits héroïques accomplis pendant la seconde guerre mondiale lorsqu’il transporta à vélo, de l’Hôpital Saint Michel à son dispensaire situé à 40 km dans les collines de Xishan, pendant plusieurs années, des pansements et médicaments à travers les lignes japonaises pour soigner les blessés chinois et les troupes arrières. Cette collection unique de frappes d’essais de monnaies est constituée des remerciements personnels des présidents pour services rendus à la nation, et s’inscrit définitivement comme un morceau de l’histoire de la Première République Chinoise et des relations franco-chinoises vécues par le témoin privilégié que fut le docteur Jean-Augustin Bussière. Jean-Louis Bussière, fils de Jean-Augustin Bussière

Base d'asta : 30000€

Aggiudicato : 90000€

Lotto 350
Chine

République de Chine (1912-1949). Essai du Dollar, Yuan Shikai, par L. Giorgi ND (1914), Tientsin. Dav.224 - Kann.642a - L&M.859 ; Argent - 25,02 g - 39 mm - 12 h NGC UNC DETAILS CLEANED (6142126-001). Av. Buste de Yuan Shikai de face, en uniforme ; signature L. GIORGI. Rv. ONE DOLLAR en bas et caractères en haut. (valeur) dans une couronne formée de deux branches de riz. Provient de la collection du Dr Jean Augustin Bussière, médecin et conseiller de la présidence chinoise de 1916 à 1924. NGC UNC DETAILS CLEANED (6142126-001). Tranche striée. Par Luigi Giorgi, graveur en chef de la Monnaie de Tientsin entre 1910 et 1920, qui signe sur les essais uniquement (les frappes courantes ne portent pas sa signature). Légèrement frotté mais cet exemplaire conserve une légère patine grise et a peu circulé. Superbe. Les pièces du « médecin de l’Empereur » Jean-Augustin Bussière (1872-1958) est fils d’instituteur rural de la Creuse et aîné de sept enfants. Il embrasse la carrière de médecin militaire en 1890 et, à sa sortie de l’École de Santé de la Marine et des Colonies, il participe de 1895 à 1912 à la lutte contre la variole, la peste et le choléra par la vaccination au Sénégal, à Pondichéry, à Saigon, à Chiraz et Bouchir. Jeune « pasteurien » remarqué, il accumule les récompenses et devient l’adjoint du directeur du Service de Santé des Troupes coloniales aux Invalides, et médecin de famille du maréchal Joffre, de 1909 à 1912. Il arrive en Chine en 1913 comme médecin chef du 16ème régiment d’infanterie coloniale de Tientsin et professeur de l’École de médecine navale. Un an plus tard, il devient le médecin de la légation de France à Pékin et le médecin-chef de l’hôpital français Saint Michel. Sa réputation de chirurgien grandit très vite car il soigne sans distinction les chinois les plus pauvres comme les dignitaires déchus de la cour impériale, les étrangers des légations et les politiciens de la Chine nouvelle. Victor Ségalen qui part explorer la statuaire dans l’Ouest de la Chine lui transmet dès son arrivée le poste de conseiller médical du Président Yuan Shikai, et de son fils Yuan Keding. Il partage avec son homologue chinois le Dr Watt Wing Tsas, l’ascension du leader chinois et même sa tentative de se faire autoproclamer empereur. Il recevra à cette occasion des propres mains de Yuan Shikai d’exceptionnelles frappes d’essais de monnaies. Après la disparition de Yuan Shikai, sa notoriété de « médecin de l’Empereur » comme le surnomme la presse locale, lui amène la charge de médecin conseiller des présidents Li Yuanhong, Feng Guozhang, Xu Shichang, et Cao Kun jusqu’en 1924. Sous leurs mandats, il devient doyen de l’Université l’Aurore à Shanghai, et fonde avec le président de l’université de Pékin Li Shizheng l’Université Sino-Française et sa branche médicale. En 1925, il est appelé au chevet du fondateur de la République Chinoise Sun Yatsen dont il assiste les derniers moments. Il sera aussi président de l’Alliance française et de la Croix Rouge française à Pékin. Quand il n’est pas au bloc opératoire, cet humaniste éclectique reçoit dans son « salon littéraire » du Hutong Ta Tien Shui Tsing à deux pas de la cité interdite, écrivains, voyageurs, diplomates, érudits et artistes chinois comme Xi Baishi, Mei Lanfan, Saint John Perse, Teilhard de Chardin, Alexandra David-Neel, Swen Hedin, Claude Farrère, Paul Pelliot. En 1937, en fait de retraite, il prend fait et cause pour les chinois contre la cruauté de l’occupation japonaise. Resté seul après le départ de ses enfants et petits-enfants, il se lie à une jeune artiste chinoise. Mais la pression des autorités du nouveau régime est trop forte et en 1954, après avoir passé 41 années à Pékin, Jean-Augustin Bussière rentre en France accompagné de sa jeune épouse Wu Sidan et se retire non loin de son village natal, à Châteauneuf-les-Bains où il s’éteint quatre ans plus tard en 1958, à l’âge de 85 ans, non sans avoir bâti à nouveau maison, famille et descendance. Après 60 ans d’oubli, son nom resurgit en 2014 lors du 50ème anniversaire des relations France-Chine (1964-2014), en raison des faits héroïques accomplis pendant la seconde guerre mondiale lorsqu’il transporta à vélo, de l’Hôpital Saint Michel à son dispensaire situé à 40 km dans les collines de Xishan, pendant plusieurs années, des pansements et médicaments à travers les lignes japonaises pour soigner les blessés chinois et les troupes arrières. Cette collection unique de frappes d’essais de monnaies est constituée des remerciements personnels des présidents pour services rendus à la nation, et s’inscrit définitivement comme un morceau de l’histoire de la Première République Chinoise et des relations franco-chinoises vécues par le témoin privilégié que fut le docteur Jean-Augustin Bussière. Jean-Louis Bussière, fils de Jean-Augustin Bussière

Base d'asta : 8000€

Aggiudicato : 50000€

Lotto 351
Chine

République de Chine (1912-1949). Dollar, Yuan Shikai An 10 (1921). Y.329.6 - L&M.79 ; Argent - 26,4 g - 39 mm - 12 h PCGS Genuine Cleaned-AU Detail (41819810). Av. Légende en caractères chinois. Buste de profil de Yuan Shikai à gauche. Rv. Caractères dans une couronne formée de deux branches. PCGS Genuine Cleaned-AU Detail (41819810). Traces de cassure du coin de revers visibles. Très légèrement frotté au droit. Superbe.

Base d'asta : 200€

Aggiudicato : 260€

Lotto 352
Chine

République de Chine (1912-1949). Dollar Xu Shichang, tranche lisse An 10 (1921). K.676a - L&M.957 ; Argent - 26,5 g - 39 mm - 12 h PCGS SP Cleaned - AU Detail (41321150). Av. Buste de trois-quarts face de Xu Shichang (Hsu Shih-Chang). Rv. Légende en caractères chinois. Vue de l’entrée du pavillon de l’Hôpital de Pékin. Provient de la collection du Dr Jean Augustin Bussière, médecin et conseiller de la présidence chinoise de 1916 à 1924. PCGS SP Cleaned - AU Detail (41321150). Exemplaire nettoyé avec un aspect brillant uniforme. Superbe. Les pièces du « médecin de l’Empereur » Jean-Augustin Bussière (1872-1958) est fils d’instituteur rural de la Creuse et aîné de sept enfants. Il embrasse la carrière de médecin militaire en 1890 et, à sa sortie de l’École de Santé de la Marine et des Colonies, il participe de 1895 à 1912 à la lutte contre la variole, la peste et le choléra par la vaccination au Sénégal, à Pondichéry, à Saigon, à Chiraz et Bouchir. Jeune « pasteurien » remarqué, il accumule les récompenses et devient l’adjoint du directeur du Service de Santé des Troupes coloniales aux Invalides, et médecin de famille du maréchal Joffre, de 1909 à 1912. Il arrive en Chine en 1913 comme médecin chef du 16ème régiment d’infanterie coloniale de Tientsin et professeur de l’École de médecine navale. Un an plus tard, il devient le médecin de la légation de France à Pékin et le médecin-chef de l’hôpital français Saint Michel. Sa réputation de chirurgien grandit très vite car il soigne sans distinction les chinois les plus pauvres comme les dignitaires déchus de la cour impériale, les étrangers des légations et les politiciens de la Chine nouvelle. Victor Ségalen qui part explorer la statuaire dans l’Ouest de la Chine lui transmet dès son arrivée le poste de conseiller médical du Président Yuan Shikai, et de son fils Yuan Keding. Il partage avec son homologue chinois le Dr Watt Wing Tsas, l’ascension du leader chinois et même sa tentative de se faire autoproclamer empereur. Il recevra à cette occasion des propres mains de Yuan Shikai d’exceptionnelles frappes d’essais de monnaies. Après la disparition de Yuan Shikai, sa notoriété de « médecin de l’Empereur » comme le surnomme la presse locale, lui amène la charge de médecin conseiller des présidents Li Yuanhong, Feng Guozhang, Xu Shichang, et Cao Kun jusqu’en 1924. Sous leurs mandats, il devient doyen de l’Université l’Aurore à Shanghai, et fonde avec le président de l’université de Pékin Li Shizheng l’Université Sino-Française et sa branche médicale. En 1925, il est appelé au chevet du fondateur de la République Chinoise Sun Yatsen dont il assiste les derniers moments. Il sera aussi président de l’Alliance française et de la Croix Rouge française à Pékin. Quand il n’est pas au bloc opératoire, cet humaniste éclectique reçoit dans son « salon littéraire » du Hutong Ta Tien Shui Tsing à deux pas de la cité interdite, écrivains, voyageurs, diplomates, érudits et artistes chinois comme Xi Baishi, Mei Lanfan, Saint John Perse, Teilhard de Chardin, Alexandra David-Neel, Swen Hedin, Claude Farrère, Paul Pelliot. En 1937, en fait de retraite, il prend fait et cause pour les chinois contre la cruauté de l’occupation japonaise. Resté seul après le départ de ses enfants et petits-enfants, il se lie à une jeune artiste chinoise. Mais la pression des autorités du nouveau régime est trop forte et en 1954, après avoir passé 41 années à Pékin, Jean-Augustin Bussière rentre en France accompagné de sa jeune épouse Wu Sidan et se retire non loin de son village natal, à Châteauneuf-les-Bains où il s’éteint quatre ans plus tard en 1958, à l’âge de 85 ans, non sans avoir bâti à nouveau maison, famille et descendance. Après 60 ans d’oubli, son nom resurgit en 2014 lors du 50ème anniversaire des relations France-Chine (1964-2014), en raison des faits héroïques accomplis pendant la seconde guerre mondiale lorsqu’il transporta à vélo, de l’Hôpital Saint Michel à son dispensaire situé à 40 km dans les collines de Xishan, pendant plusieurs années, des pansements et médicaments à travers les lignes japonaises pour soigner les blessés chinois et les troupes arrières. Cette collection unique de frappes d’essais de monnaies est constituée des remerciements personnels des présidents pour services rendus à la nation, et s’inscrit définitivement comme un morceau de l’histoire de la Première République Chinoise et des relations franco-chinoises vécues par le témoin privilégié que fut le docteur Jean-Augustin Bussière. Jean-Louis Bussière, fils de Jean-Augustin Bussière

Base d'asta : 10000€

Aggiudicato : 55000€

Lotto 353
Chine

Republic of China (1912-1949). Xu Shichang dollar, plain edge, with attribution to Dr J. A. BUSSIÈRE, Year 10 (1921). Unique, of the greatest historical interest! Av. Xu Shichang (Hsu Shih-Chang) Three-quarters bust. Rv. Chinese characters text. Beijing Hospital pavilion entrance view. K.676a - L & M.957; Silver - 26.5 g - 39 mm - 12 h. Provenance from Dr Jean-Augustin Bussière collection, doctor and adviser to the Chinese Presidents between 1916 and 1924: bears the attribution to Dr Bussière, adviser to President XU Shichang. PCGS SP Genuine Repaired – AU Detail. Plain edge. Lightly cleaned. Very fine to Extremely fine. Unique, with attribution on the reverse, to Doctor Jean Augustin Bussière (1872-1958), French military doctor. After his baccalaureate, Jean Augustin Bussière joined the Brest Eìcole de Meìdecine de la Marine in 1890, then the Bordeaux Ecole de Meìdecine de la Marine et des Colonies. He goes to Cherbourg in 1895 and soon after to Senegal where plague, cholera and other tropical diseases were rife. He then works in French India, Karical, Mahé and Pondicherry, where he manages the Medicine School and meets his wife, she is daughter of Lyon traders. In 1902 he reinforced the vaccination team at the Institut Pasteur in Saigon (Tonkin, Northern Vietnam) before being appointed in Persia. He then travels back to France and becomes deputy to the Director of the Colonial Health Service. Admirer of Yersin's medical discoveries he chooses to go to Tianjin in China, 41 years old, he is then unaware he will be in China for the next 41 years. He becomes the medical advisor of the Chinese presidency and shares with Dr. Watt Wing the last days of Yuan Shikai in 1916. He then is doctor to presidents Li Yuanhong (1916-1917), Feng Guozhang (1917-1918), Xu Shichang (1918-1922) or Cao Kun (1923-1924). He becomes a major figure of the French presence in China and is appointed Alliance Française director and French Red Cross Beijing committee chairman. On his country estate northwest of Beijing, he grows a garden and looks after the needy in the countryside using the wealthier city citizens’ funds. During WWII, defying danger he helped the Chinese fight against the Japanese invaders and becomes a hero for China and is so described by President Xi-Jinping during his visit in France in 2014. In 1954, back in France, he returned to his native village by the Sioule river and passes away the age of 86. The "Emperor's Doctor’s” coinage. Jean-Augustin Bussière (1872-1958) was the son of a schoolteacher and grew up in the French countryside. The eldest of seven children, he began his career as a military doctor in 1890. Upon leaving the Navy, he joined the Colonial School of Health (École de Santé de la Marine et des Colonies). From 1895 to 1912 he participated in the fight against smallpox, plague and cholera in Senegal, Pondicherry, Saigon, Shiraz and Bushehrl. He greatly admired Louis Pasteur. He received many awards and was appointed deputy director of the Colonial Troops Health Service in Paris. From 1909 to 1912 he was the family doctor for French President Maréchal Joffre. In 1913 he went to China as Chief Medical Officer of the 16th Colonial Infantry Regiment in Tientsin. He was a professor at the School of Naval Medicine. A year later he is appointed doctor for the French Legation in Beijing and the chief doctor of the Saint-Michel French hospital. As a surgeon he treated everyone - from the poorest citizens to dignitaries of the Imperial Court, foreign citizens and New China officials. Victor Ségalen, when he left to study sculptures in Western China, selected him to be medical adviser to President Yuan Shikai and his son Yuan Keding. With his Chinese counterpart, Dr. Watt Wing Tsas, he supported the Chinese leader and his claim to be Emperor. For his support he received exceptional medals and Essais from Yuan Shikai himself. After serving Yuan Shikai, he was named the “Emperor's Doctor” by the press. Until 1924 he was the medical adviser to presidents Li Yuanhong, Feng Guozhang, Xu Shichang, and Cao Kun. He was named Dean of Aurora University in Shanghai, with Li Shizheng he co-founded the Sino-French University and its medical branch and was named President of the University of Peking. In 1925 he was called to the bedside of Sun Yatsen, founder of the Chinese Republic, and was present at his death. He was President of the Alliance Française and the French Red Cross in Beijing. When he was not in the operating room, this eclectic humanist met in his “literary salon”, which was close to the Forbidden City, with Chinese writers, travelers, diplomats, scholars and artists such as Xi Baishi, Mei Lanfan at Hutong Ta Tien Shui Tsing, Saint John Perse, Teilhard de Chardin, Alexandra David-Neel, Swen Hedin, Claude Farrère and Paul Pelliot. In 1937 he retired. He opposed the cruelty the Chinese imposed on the Japanese during the occupation. After his children and grandchildren left, he became friends with a young Chinese artist. Threatened by the new regime, having spent 41 years in Beijing, in 1954 Jean-Augustin Bussière returned to France accompanied by his young wife Wu Sidan. He retired not far from the village where he grew up, Châteauneuf- les-Bains. He died four years later in 1958 at age 85. In 2014, on the 50th Anniversary of French-Chinese relations, he was remembered for his heroic services during WWII when he carried bandages and medicines by bike from Saint-Michel Hospital through the Japanese lines to his dispensary located 40 km in the hills of Xishan to treat wounded Chinese and the rearguard. These unique coins and proof strikes were gifts from Chinese Presidents in gratitude for his service to the nation. Jean-Louis Bussière, fils de Jean-Augustin Bussière.

Base d'asta : 40000€

Aggiudicato : 205000€

Lotto 354
Chine

République de Chine (1912-1949). Dollar Sun Yat-Sen, naissance de la République de Chine ND (1927). Y.318a - L&M.49 ; Argent - 27 g - 38 mm - 12 h PCGS Genuine Polished-XF Detail (41819815). Av. Caractères chinois et (date). Buste de Sun Yat-Sen à gauche. Rv. * MEMENTO * / BIRTH OF REPUBLIC OF CHINA. Dans une couronne formée de deux épis, caractères. PCGS Genuine Polished-XF Detail (41819815). Exemplaire astiqué. TTB.

Base d'asta : 100€

Aggiudicato : 200€

Lotto 355
Chine

République de Chine (1912-1949). Dollar, Sun Yat-Sen An 22 (1933). Y.345 - L&M.109 ; Argent - 26,5 g - 39 mm - 12 h PCGS Genuine Harshly Cleaned - AU Detail (41321153). Av. Légende en caractères chinois. Buste de profil de Sun Yat-Sen à gauche. Rv. Caractères autour d’une jonque voguant à droite. Provient de la collection du Dr Jean Augustin Bussière, médecin et conseiller de la présidence chinoise de 1916 à 1924. PCGS Genuine Harshly Cleaned - AU Detail (41321153). Exemplaire légèrement frotté mais qui a peu circulé. Superbe. Les pièces du « médecin de l’Empereur » Jean-Augustin Bussière (1872-1958) est fils d’instituteur rural de la Creuse et aîné de sept enfants. Il embrasse la carrière de médecin militaire en 1890 et, à sa sortie de l’École de Santé de la Marine et des Colonies, il participe de 1895 à 1912 à la lutte contre la variole, la peste et le choléra par la vaccination au Sénégal, à Pondichéry, à Saigon, à Chiraz et Bouchir. Jeune « pasteurien » remarqué, il accumule les récompenses et devient l’adjoint du directeur du Service de Santé des Troupes coloniales aux Invalides, et médecin de famille du maréchal Joffre, de 1909 à 1912. Il arrive en Chine en 1913 comme médecin chef du 16ème régiment d’infanterie coloniale de Tientsin et professeur de l’École de médecine navale. Un an plus tard, il devient le médecin de la légation de France à Pékin et le médecin-chef de l’hôpital français Saint Michel. Sa réputation de chirurgien grandit très vite car il soigne sans distinction les chinois les plus pauvres comme les dignitaires déchus de la cour impériale, les étrangers des légations et les politiciens de la Chine nouvelle. Victor Ségalen qui part explorer la statuaire dans l’Ouest de la Chine lui transmet dès son arrivée le poste de conseiller médical du Président Yuan Shikai, et de son fils Yuan Keding. Il partage avec son homologue chinois le Dr Watt Wing Tsas, l’ascension du leader chinois et même sa tentative de se faire autoproclamer empereur. Il recevra à cette occasion des propres mains de Yuan Shikai d’exceptionnelles frappes d’essais de monnaies. Après la disparition de Yuan Shikai, sa notoriété de « médecin de l’Empereur » comme le surnomme la presse locale, lui amène la charge de médecin conseiller des présidents Li Yuanhong, Feng Guozhang, Xu Shichang, et Cao Kun jusqu’en 1924. Sous leurs mandats, il devient doyen de l’Université l’Aurore à Shanghai, et fonde avec le président de l’université de Pékin Li Shizheng l’Université Sino-Française et sa branche médicale. En 1925, il est appelé au chevet du fondateur de la République Chinoise Sun Yatsen dont il assiste les derniers moments. Il sera aussi président de l’Alliance française et de la Croix Rouge française à Pékin. Quand il n’est pas au bloc opératoire, cet humaniste éclectique reçoit dans son « salon littéraire » du Hutong Ta Tien Shui Tsing à deux pas de la cité interdite, écrivains, voyageurs, diplomates, érudits et artistes chinois comme Xi Baishi, Mei Lanfan, Saint John Perse, Teilhard de Chardin, Alexandra David-Neel, Swen Hedin, Claude Farrère, Paul Pelliot. En 1937, en fait de retraite, il prend fait et cause pour les chinois contre la cruauté de l’occupation japonaise. Resté seul après le départ de ses enfants et petits-enfants, il se lie à une jeune artiste chinoise. Mais la pression des autorités du nouveau régime est trop forte et en 1954, après avoir passé 41 années à Pékin, Jean-Augustin Bussière rentre en France accompagné de sa jeune épouse Wu Sidan et se retire non loin de son village natal, à Châteauneuf-les-Bains où il s’éteint quatre ans plus tard en 1958, à l’âge de 85 ans, non sans avoir bâti à nouveau maison, famille et descendance. Après 60 ans d’oubli, son nom resurgit en 2014 lors du 50ème anniversaire des relations France-Chine (1964-2014), en raison des faits héroïques accomplis pendant la seconde guerre mondiale lorsqu’il transporta à vélo, de l’Hôpital Saint Michel à son dispensaire situé à 40 km dans les collines de Xishan, pendant plusieurs années, des pansements et médicaments à travers les lignes japonaises pour soigner les blessés chinois et les troupes arrières. Cette collection unique de frappes d’essais de monnaies est constituée des remerciements personnels des présidents pour services rendus à la nation, et s’inscrit définitivement comme un morceau de l’histoire de la Première République Chinoise et des relations franco-chinoises vécues par le témoin privilégié que fut le docteur Jean-Augustin Bussière. Jean-Louis Bussière, fils de Jean-Augustin Bussière

Base d'asta : 300€

Aggiudicato : 420€

Lotto 356
Colombie

Ferdinand VI (1746-1759). 8 escudos, frappe au balancier 1755 S, NR, Nuevo Reino (Santa Fé de Bogota). Fr.- (cf.15) - Calicó - (cf. type 18) - Onza - - KM.- (cf.32.1) - Aureo 812 ; Or - 26,78 g - 36 mm - 12 h NGC XF 45 (5782532-005). Av. FERDNDx VIx Dx Gx HISPANx ET INDx REX. Buste cuirassé à droite, portant la Toison d’or, avec une grande perruque ; au-dessous (date). Rv. NOMINA MAGNA SEQUOR. Écu couronné et entouré du collier de la Toison d’or, au-dessous (atelier) et (essayeur). Top Pop : c’est le seul exemplaire gradé ! Provient d’une vente Stack’s Bowers Galleries & Ponterio, 182, New York 10 janvier 2014, n° 479 ($190.000 + frais). NGC XF 45 (5782532-005). Exemplaire unique et le premier millésime frappé au balancier en Colombie. Petit défaut de métal à 1 heure au revers près du listel. Frappe régulière avec une usure homogène. De la plus grande rareté. TTB. Ce millésime manquait à tous les ouvrages de référence, ce type étant réputé n’avoir été frappé qu’à partir de 1756. La Monnaie de Nuevo Reino, à Santa Fé de Bogota, était réputée avoir utilisé la frappe au marteau jusqu’en 1756, lorsqu’un outillage avec balancier, ou moulin, fut mis en place. En 2004, la découverte d’une pièce de 4 escudos frappée au balancier en 1755 (collection Louis E. Eliasberg) apporta un élément capital dans la connaissance de cet atelier. En réalité, la modernisation de l’atelier démarra en 1753, lorsque la couronne décida d’envoyer des intendants royaux dans les ateliers, et nomma le lieutenant-colonel Miguel de Santiesban comme intendant et Don Thomas Sanchez Reziente comme directeur. Sebastian de Rivera était essayeur en 1755 (marque S au revers). Le monnayage au marteau en pièces dite “cob” fut continué mais de nouveaux équipements arrivèrent d’Espagne, avec balancier et autres outillages en 1755 qui permirent une production très restreinte cette même année. Il fut découvert que 32 marcs d’or furent utilisés pour la frappe de pièces de 4 et 8 escudos au balancier. Depuis, 3 autres exemplaires de la 4 escudos furent découverts, tandis qu’apparu en 2014 l’unique exemplaire de la pièce de 8 escudos au balancier. La très faible frappe, ainsi que les refontes réalisées en 1772 puis 1785 lorsque le titre fut abaissé à deux reprises, expliquent la très grande rareté de cet exemplaire resté unique

Base d'asta : 100000€

Aggiudicato : 120000€

Lotto 357
Colombie

Charles III (1759-1788). 8 escudos 1769 V, NR, Nuevo Reino (Santa Fé de Bogota). Calicó 2091 - Fr.31 ; Or - 27,07 g - 36 mm - 12 h NGC MS 62 (5780845-009). Av. CAROLUS. III. D. G. HISPAN. ET IND. REX. Buste cuirassé à droite, au-dessous (date). Rv. IN UTROQ. FELIX. AUSPICE. DEO (atelier). Écu couronné et entouré du Collier. C’est le second plus haut grade ! NGC MS 62 (5780845-009). Seul 1 exemplaire MS 64 est supérieur. Coin de droit un peu fruste avec les traces de polissage horizontales au droit visible (et légères hairlines). Proche de son état de frappe. Le brillant d’origine est largement présent, à peine bruni par de minimes marques de manipulation. Superbe à Fleur de coin.

Base d'asta : 10000€

Aggiudicato : 12000€

Lotto 358
Colombie

Nouvelle-Grenade (République de). 10 pesos 1857, Popayan. Restrepo 210.2 - Fr.80 ; Or - 16,13 g - 26 mm - 6 h PCGS MS67 (84983297). Av. REPUBLICA DE LA NUEVA GRANADA. Buste à gauche de la Liberté avec diadème inscrit LIBERTAD, au-dessous (date). Rv. DIEZ PESOS / G. 16,129 / LEI 0,900. Armes de Colombie surmontées d’un aigle avec banderole LIBERTAD ORDEN, au-dessous POPAYAN. Top Pop : c’est le plus bel exemplaire gradé ! Provient de the Eldorado Collection of Colombian and Ecuadorian Coins, acquis en décembre 1967, vente Stack’s Bowers, janvier 2018, n° 12207 ($11400). PCGS MS67 (84983297). Avec une belle couleur jaune et les surfaces intactes. Le plus bel exemplaire connu. Fleur de coin.

Base d'asta : 8000€

Aggiudicato : 8000€

Lotto 359
Colombie

Colombie (États-Unis de) (1863-1886). 20 pesos 1862, Bogota. Restrepo M336.1 - KM.142.1 - Fr.99 ; Or - 32,25 g - 34 mm - 6 h PCGS MS62 (84984044). Av. ESTADOS UNIDOS DE COLOMBIA. Tête ceinte d’un bandeau inscrit LIBERTAD à gauche. Au-dessous, (date) et neuf étoiles. Rv. VEINTE PESOS / G. 32,258 / LEI 0,900. Armes de Colombie surmontées d’un aigle avec banderole LIBERTAD ORDEN, au-dessous BOGOTA. Top Pop : c’est le plus bel exemplaire gradé ! Provient de the Eldorado Collection of Colombian and Ecuadorian Coins, acquis en vente Stack’s, octobre 1972, Alfred R. Globus Collection of Gold coins of the World, n° 839 puis vente Stack’s Bowers, janvier 2018, n° 12266 ($10200). PCGS MS62 (84984044). D’infimes hairlines et marques sinon un exemplaire aux surfaces brillantes et presque intactes. Sans doute le plus bel exemplaire connu. Superbe à Fleur de coin.

Base d'asta : 8000€

Aggiudicato : 8000€

Lotto 360

IIIe République (1870-1940). Monnaie de nécessité à l'éléphant 1925, Poissy. Lec.6 ; Aluminium - 3 g - 30 mm - 12 h PCGS MS63 (41322978). Av. Autour du trou central, un éléphant à gauche. Rv. Autour du trou central : MC au-dessus, (atelier) (date) (différent) au-dessous. PCGS MS63 (41322978). De minimes marques sur les surfaces, légèrement tachées. Superbe.

Base d'asta : 200€

Aggiudicato : 650€

Lotto 361

Alphonse Massamba-Débat (1963-1968). Pré-série sans le mot ESSAI de 100 francs antilopes par Bazor 1965, Paris. KM.- (cf KM#P1 piéfort Or) ; Nickel - 11,90 g - 25 mm - 6 h PCGS SP64 (42111070). Av. BANQUE CENTRALE / ETATS DE L’AFRIQUE EQUATORIALE. Trois antilopes à gauche, signature GB. L. BAZOR. Rv. Dans une frise décorée, en trois lignes : (date) 100 FRANCS. Top Pop : c’est le seul exemplaire gradé ! PCGS SP64 (42111070). Cette pré-série est non répertoriée en nickel et n’existe qu’en piéfort Or. Sans indication de pays, et sans doute préparée pour être une monnaie commune aux états d’AEF. Très rare, voire unique. Champs légèrement tachés. Presque Fleur de coin.

Base d'asta : 500€

Aggiudicato : 1200€

Lotto 362
Danemark

Christian V (1670-1699). 2 ducats 1673, Copenhague. KM.346 - Fr.198 ; Or - 7,04 g - 23 mm - 6 h NGC AU 58 (5782532-002). Av. DA./ NOR. VA. GOP. REX. Le chiffre de Christian V couronné. Rv. Éléphant surmonté d’un château et aux armes du royaume, guidé par un cornac ; à l’exergue (date). C’est le second plus haut grade ! NGC AU 58 (5782532-002). Minime défaut de bord de feuille à 3 h. Frappe légèrement décentrée. De petites marques de manipulation dans les champs. Superbe.

Base d'asta : 20000€

Aggiudicato : 20000€

Lotto 363
Danemark

Frédéric V (1746-1766). Ducat à la galère de la Compagnie danoise des Indes orientales 1746, Copenhague. KM.549 - Fr.258 ; Or - 3,46 g - 21 mm - 12 h PCGS MS63 (42446609). Av. FRIDERICVS. V. D. G. REX. DAN. NOR. V. G. buste du Roi à droite, cuirassé, avec le collier de l’ordre de l’Éléphant. Rv. REGALIBVS AVSPICIIS. Proue de galère à droite, avec étendard de la Compagnie royale danoise des Indes orientales ; à l’exergue : EX. AVRO. SINICO (date). Top Pop : c’est le seul exemplaire gradé ! PCGS MS63 (42446609). De conservation exceptionnelle, avec un buste magnifique du Roi, légèrement mat sur champs miroir. Presque Fleur de coin.

Base d'asta : 12000€

Aggiudicato : 16000€

Lotto 364
Danemark

Frédéric VII (1848-1863). Essai de 1 skilling rigsmont 1854, Copenhague. KM.Pn56 ; Cuivre - 22 mm - 12 h PCGS SP64BN (40800587). Av. FREDERICVS VII D. G. DANIÆ. V. G. G. REX. Tête à droite, au-dessous signature F.K. Rv. Dans le champ : 1 SKILLING / RIGSMONT avec (date) et (différent). Top Pop : c’est le seul exemplaire gradé ! PCGS SP64BN (40800587). Une croix à l’encre au revers sinon un exemplaire Superbe à Fleur de coin, avec l’essentiel de sa couleur rouge d’origine.

Base d'asta : 500€

Aggiudicato : 1300€

Lotto 365
Danemark

Indes occidentales danoises, Christian IX (1863-1906). 50 francs / 10 daler 1904, Copenhague. Fr.1 - KM.73 ; Or - 16,13 g - 28 mm - 12 h PCGS MS63+ (42446608). Av. CHRISTIAN IX (date) DANSK. VESTINDIEN. Tête nue du Roi à gauche. Rv. 50 FRANCS / 10 DALER. Allégorie marine assise devant une barque et des marchandises, tenant un gouvernail ; signature G.I. C’est le second plus haut grade ! PCGS MS63+ (42446608). Les reliefs légèrement satinés. Minimes marques de sac dans les champs. Superbe à Fleur de coin. Les Indes occidentales danoises (Dansk vestindien), ou Antilles danoises, correspondent aux actuelles Îles Vierges des États-Unis. Danoises depuis 1754, ces îles étaient administrées par un gouverneur, avec une activité essentiellement tournée vers la canne à sucre. Elles sont vendues en 1916 pour 25 millions de dollars aux États-Unis qui sont intéressés par leur position stratégique proche du canal de Panama

Base d'asta : 10000€

Aggiudicato : 12000€

Lotto 366
Égypte

Louis XV (1715-1774). Jeton du Trésor royal au revers avec le Nil par Joseph-Charles Roëttiers 1748, Paris. Feu.2074 ; Argent - 7,09 g - 29 mm - 6 h PCGS Genuine Environmental Damage - XF Detail (42254762). Av. LUD. XV. REX CHRISTIANISS. Buste drapé du Roi à droite, la tête laurée, signature JCR. Rv. SERVATO. FOEDERE. SEMPER. Le Nil couché à droite, se retournant, tenant une corne d’abondance. Près de lui, un crocodile ; à l’exergue : TRESOR ROYAL (date). De la collection Jean Lecompte. PCGS Genuine Environmental Damage - XF Detail (42254762). Légèrement nettoyé. Légère patine grise, peut-être postérieure ? Superbe.

Base d'asta : 300€

Aggiudicato : 300€

Lotto 367
Égypte

Louis XV (1715-1774). Jeton du Trésor royal au revers avec le Nil par Joseph-Charles Roëttiers 1748, Paris. Feu.2074 ; Argent - 7,20 g - 29 mm - 6 h PCGS Genuine Environmental Damage - XF Detail (42254763). Av. LUD. XV. REX CHRISTIANISS. Buste drapé du Roi à droite, la tête laurée, signature JCR. Rv. SERVATO. FOEDERE. SEMPER. Le Nil couché à droite, se retournant, tenant une corne d’abondance. Près de lui, un crocodile ; à l’exergue : TRESOR ROYAL (date). De la collection Jean Lecompte. PCGS Genuine Environmental Damage - XF Detail (42254763). Amusante variété avec le D de LUD vu en miroir ! Patine hétérogène au revers. Superbe.

Base d'asta : 200€

Aggiudicato : 260€

Lotto 368
Égypte

Directoire (1795-1799). Jeton pour la Conquête de la Basse-Égypte An VII (1798), Paris. Lec.35 = cet ex. (seul ex. connu ; Hors Cote) - H.cf.850 (33 mm) - Jul.629 - Ess.756 (lot) ; Argent - 7,33 g - 27,5 mm - 6 h PCGS MS61 (42254764). Av. CONQUETE DE LA BASSE EGYPTE AN VII à l’exergue, avec signature BRENET. Le Nil couché, avec une corne d’abondance et un sphinx, tenant des épis de blé et entouré d’enfants symbolisant les coudées du fleuve en crue. Rv. Les pyramides de Ghizeh, signature DENON DIR.. Top Pop : c’est le seul exemplaire gradé ! De la collection Jean Lecompte. C’est l’exemplaire qui illustre l’ouvrage de Jean Lecompte, Monnaies et jetons des colonies françaises, éditions Gadoury, 2007. PCGS MS61 (42254764). Tranche striée. Très rare. De minimes marques de circulation mais une agréable patine sur le brillant d’origine. Superbe à Fleur de coin. La Campagne d’Égypte eut lieu en juillet 1798, avec la prise d’Alexandrie le 2 juillet 1798 (14 messidor An VI), puis Rosette suivies des batailles de Rahmanié, de Chebreiss et la bataille des pyramides le 21 juillet (3 thermidor An VI). Enfin, le 22 juillet 1798, l’armée fit son entrée dans le Caire. Cette campagne se terminera par la bataille d’Aboukir le 25 juillet 1799 avant que Bonaparte ne transmette le commandement à Kléber pour rentrer en France où il arrive à Fréjus le 8 octobre 1799 (16 vendémiaire An VIII). L’expédition est accompagnée par 167 savants et scientifiques dont Redouté, Monge, Berthollet, ou Dominique Vivant Denon, considéré comme un précurseur de l’Égyptologie et qui deviendra Directeur général des musées. Sa signature est au revers de ce jeton qui fut frappé sous le Consulat et a été gravé par Nicolas-Guy-Antoine Brenet. Le revers représente la statue du Nil, commandée par Louis XIV en 1687, réalisée à Rome par Lorenzo Ottoni et arrivée en France en 1715 au château de Marly (actuellement aux tuileries). Elle est elle-même une copie de la statue gréco-romaine découverte dans le temple d’Isis (Musée du Vatican). Au revers, le Nil, Dieu-fleuve sous forme d’un homme barbu, est entouré de 16 putti nus représentant les 16 coudées royales (8 mètres) correspondant au changement de niveau du Nil lors des crues d’août à octobre

Base d'asta : 500€

Aggiudicato : 700€

Lotto 369
Égypte

Second Empire / Napoléon III (1852-1870). Cliché uniface du jeton de la Société du doublage des navires par le Caout-chouc durci, Denisane & Compagnie ND (c.1855), Paris. Lec.- ; Étain - 5,16 g - 36 mm - 12 h PCGS SP64 (42254719). Av. SOCIÉTÉ DU DOUBLAGE DES NAVIRES PAR LE CAOUT-CHOUC DURCI / DENISANE & Cie. Un trois-mâts voguant à gauche. Rv. Lisse. Top Pop : c’est le seul exemplaire gradé ! De la collection Jean Lecompte, provenant d’une vente ICE 8 n° 65 (classé à Égypte). PCGS SP64 (42254719). Semble unique ! Proche de son état de frappe. Presque Fleur de coin. La Société Denisane et Compagnie est avérée en 1855 comme faisant partie de la Compagnie générale du Caoutchouc durci, avec un capital de 4000 actions

Base d'asta : 200€

Aggiudicato : 450€

Lotto 370
Égypte

Abdülmecid Ier ou Abdul Mejid (1839-1861). 20 qirsh AH 1255-2 (1840), Misr (Le Caire). KM.232 ; Argent - 37 mm - 12 h NGC MS 61 (5883935-005). Av. Toughra avec branche de rosier à droite, au-dessous (valeur). Rv. Légende et (atelier), au-dessous (date). Top Pop : c’est le plus bel exemplaire gradé ! NGC MS 61 (5883935-005). De fines stries d’ajustage ou de laminage dans les champs. Faibles traces de circulation. Belle patine grise. Superbe et très rare dans cette qualité.

Base d'asta : 3000€

Aggiudicato : 3600€

Lotto 371
Égypte

Abdülaziz (1861-1876). 500 Kurush (500 Qirsh ou 5 livres) AH 1277/8 (1868), Misr (Le Caire). Fr.125 - KM.265 ; Or - 42,5 g - 37 mm - 12 h NGC MS 61 (5780845-008). Av. Toughra et (valeur). Rv. Légende avec (atelier) et (date). Top Pop : c’est le seul exemplaire gradé ! NGC MS 61 (5780845-008). Très rare avec seulement 118 exemplaires frappés ! C’est d’ailleurs le seul gradé par NGC. De faibles marques de manipulation, ce qui est très rare pour ce gros module. À noter un faible coup sur le listel à 12 heures. Avec encore de son brillant. Superbe.

Base d'asta : 10000€

Aggiudicato : 14000€

Lotto 372
Égypte

Abdülhamid II (1876-1909). Qirsh AH 1293/27 (1901), W, Berlin. KM.292 ; Argent - 1,4 g - 15 mm - 12 h PCGS MS67 (39644558). Av. Toughra dans une couronne florale avec (valeur) ; à l’exergue (différent). Rv. Dans une couronne formée de deux branches : légende et (date). Top Pop (3) : c’est le plus bel exemplaire gradé ! PCGS MS67 (39644558). Avec différent W d’Émile Weigand à Berlin. Fleur de coin.

Base d'asta : 100€

Aggiudicato : 160€

Lotto 373
Égypte

Fouad Ier (1917-1936). 500 piastres, Flan bruni (PROOF) AH 1351 (1932), Londres. Fr.31 - KM.355 ; Or - 36,5 mm - 12 h NGC PF 66 (6066364-029). Av. Légende circulaire. Buste du Roi à gauche, en uniforme, signature PM. Rv. Légende et (date). Motif central. Top Pop (2) : c’est le plus bel exemplaire gradé ! Provient de la collection Paramount. NGC PF 66 (6066364-029). Sur Flan bruni (PROOF). Exemplaire parfait et le plus haut grade ! Fleur de coin.

Base d'asta : 12000€

Aggiudicato : 12000€

Lotto 374
Égypte

Fouad Ier (1917-1936). 500 piastres, Flan bruni (PROOF) AH 1351 (1932), Londres. Fr.31 - KM.355 ; Or - 36,5 mm NGC PF 65 (6066364-028). Av. Légende circulaire. Buste du Roi à gauche, en uniforme, signature PM. Rv. Légende et (date). Motif central. Provient de la collection Paramount. NGC PF 65 (6066364-028). Flan bruni (PROOF). Monnaie parfaite et dans toute son intégrité. Fleur de coin.

Base d'asta : 9000€

Aggiudicato : 9000€

Lotto 375
Égypte

Fouad Ier (1917-1936). Médaille, inauguration du stade d’Alexandrie par sa majesté le Roi Fouad I, par S. E. Vernier et Falize, dans sa boîte d’origine 1929, Paris. Vermeil - 177,65 g - 72 mm - 12 h Av. Légende et buste à droite du Roi, en uniforme et portant le fez, signature S. E. VERNIER 1924. Rv. INAUGURATION DU STADE D’ALEXANDRIE PAR SA MAJESTE LE ROI FOUAD I - XVII NOVEMBRE MCMXXIX. Vue de l’Arc de triomphe du stade d’Alexandrie, signature FALIZE. Dans son boîtier d’origine en similicuir rouge, intérieur en velours cramoisi, aux armes de Fouad Ier avec deux F adossées sous une couronne. Avec poinçon corne 2ARGENT sur la tranche. Médaille sans défaut, presque Fleur de coin.

Base d'asta : 8000€

Lotto 376
Égypte

République d’Égypte (1953-1958). Coffret de 10, 5 et 1 millième (mils), avec double série de monnaies 1954 - AH 1373, Le Caire. KM# 375 (2) - KM#378 (2) - KM#380.1 et KM#380.2 ; Bronze-aluminium - 16, 20 et 23 mm - 12 h PCGS MS63, MS63, MS64, MS64, MS64+, MS64 (42484290 - 213215.63). Av. Vue de trois-quarts du Sphinx de Gizeh. Rv. Légende circulaire et (date). Au centre : (valeur). PCGS MS63, MS63, MS64, MS64, MS64+, MS64 (42484290 - 213215.63). Avec un boîtier d’origine (?) qui contenait 2 exemplaires du mil, 2 exemplaires du 5 mils et 2 exemplaires du 10 mils, l’un avec écriture fine et l’autre en écriture grasse. Superbe à Fleur de coin.

Base d'asta : 500€

Aggiudicato : 600€

Lotto 377
Espagne

Valence et Murcie (royaume de), Muhammad ibn Mardanis (le Roi Loup) (1146-1172). Dinar 544 AH (1149), Valence. S. Album 407.1 - Vives.1937 ; Or - 3,89 g - 25,5 mm - 8 h Av. Légende circulaire. Légende centrale en plusieurs lignes en coufique. Rv. Légende circulaire. Légende centrale en plusieurs lignes en coufique. Très rare millésime et atelier (quelques exemplaires connus), de grand intérêt pour la numismatique des taïfas. Frappe à peine tréflée. Superbe. Muhammad ibn Mardanis, connu comme le Roi Loup (el Rey Lobo) par les chroniques des chrétiens, est d’origine mozarabe, et son règne se place entre le démantèlement de l’empire almoravide et le nouveau pouvoir almohade. Il est roi de Valence et Murcie entre 1146 et 1172, allié de nombreux chrétiens contre le pouvoir almohade de Cordoue

Base d'asta : 6000€

Lotto 378
Espagne

Ferdinand et Isabelle (1476-1516). Un excelente ND (après 1497), S, Séville. Fr.136 ; Or - 3,53 g - 20 mm - 10 h NGC MS 64 (5780846-014). Av. + QVOS: DEVS: CONIVNGIT: HOMO: NON: SEP. Bustes affrontés de Ferdinand et Isabelle couronnés. Rv. FERNANDVS: ET: ELISABET: D: G: F. Écu couronné accosté de S (étoile) - S (étoile). C’est le second plus haut grade ! NGC MS 64 (5780846-014). Assez bon centrage. Beaux portraits. Superbe.

Base d'asta : 3000€

Aggiudicato : 5000€

Lotto 379
Espagne

Ferdinand VI (1746-1759). 8 escudos, frappe au balancier 1749 JB, M, Madrid. Fr.269 - Calicó 130 - Aureo 778 ; Or - 26,92 g - 36 mm - 12 h NGC AU 58 (5782532-006). Av. FERDINANDUS VI* D* G* HISP* REX. Buste cuirassé à droite, portant la Toison d’or, avec une grande perruque ; au-dessous (date). Rv. NOMINA MAGNA SEQUOR. Écu couronné et entouré du collier de la Toison d’or, au-dessous (atelier) et (essayeur). Top Pop : c’est le plus bel exemplaire gradé ! Provient d’une vente Cayon de juillet 2016 n° 1231. NGC AU 58 (5782532-006). Avec encore de sa surface d’origine autour des reliefs, les champs légèrement brunis par de minimes traces de circulation et de très légers plats sur les hauts reliefs. Conserve de son brillant d’origine avec une très belle frappe centrée. Superbe / Superbe à Fleur de coin.

Base d'asta : 50000€

Aggiudicato : 65000€

Lotto 380
Espagne

Ferdinand VI (1746-1759). 8 escudos, frappe au balancier 1749 JB, M, Madrid. Fr.269 - Calicó 130 - Aureo 778 ; Or - 26,98 g - 36 mm - 12 h Av. FERDINANDUS VI* D* G* HISP* REX. Buste cuirassé à droite, portant la Toison d’or, avec une grande perruque ; au-dessous (date). Rv. NOMINA MAGNA SEQUOR. Écu couronné et entouré du collier de la Toison d’or, au-dessous (atelier) et (essayeur). Une fine rayure et de minimes marques de manipulation au droit. Restes du brillant d’origine autour des reliefs. Revers à peine bruni. Superbe.

Base d'asta : 15000€

Aggiudicato : 19000€

Lotto 381
Espagne

Charles III (1759-1788). 8 escudos “à la tête de rat” 1760 JP, M, Madrid. Fr.280 - Calicó type 190 - Onza 719 - Calicó 1955 = cet ex. ; Or - 36 mm - 12 h PCGS XF45 (42254424). Av. CAROLUS. III. D. G. HISP. ET. IND. REX. Buste drapé et cuirassé à droite, portant la Toison d’or, les cheveux longs noués derrière la nuque ; au-dessous (date). Rv. IN. UTROQ. FELIX. AUSPICE. DEO. Écu couronné et entouré du collier de la Toison d’or, au-dessous (atelier) et (essayeur). Top Pop : c’est le seul exemplaire gradé ! Provient de chez Aureo, vente 258, 20 mars 2014, n° 247. PCGS XF45 (42254424). Exemplaire reproduit dans Calicó. Usures régulières et une agréable patine aux reflets dorés. Très rare. TTB / Superbe. Sans valeur indiquée, ce type dit “à la tête de rat” est extrêmement rare pour ce millésime. Le différent JP est pour les essayeurs Juan Rodriguez Guttierez et Pedro Cano

Base d'asta : 80000€

Aggiudicato : 110000€

Lotto 382
Espagne

Charles III (1759-1788). 8 escudos “à la tête de rat” 1762 JV, S, Séville. Fr.280a - Calicó type 206 et 250 = cet ex. - Onza 952 = cet ex. - Aureo 2179 ; Or - 26,96 g - 36 mm - 12 h NGC AU DETAILS CLEANED (5782532-007). Av. CAROLUS. III. D. G. HISP. ET. IND. REX. Buste drapé et cuirassé à droite, portant la Toison d’or, les cheveux longs noués derrière la nuque ; au-dessous (date). Rv. IN. UTROQ. FELIX. AUSPICE. DEO. Écu couronné et entouré du collier de la Toison d’or, au-dessous (atelier) et (essayeur). Provient d’une vente Numismatica Ars Classica 65, 19 mai 2012, n° 3110. NGC AU DETAILS CLEANED (5782532-007). De la plus grande rareté, c’est l’exemplaire qui illustre plusieurs ouvrages de référence. De petites marques de manipulation et une usure régulière sur les hauts reliefs mais la surface d’origine est encore visible dans les légendes. Frappe très légèrement décentrée. Minimes hairlines dans les champs. Superbe.

Base d'asta : 40000€

Lotto 383
Espagne

Joseph Napoléon (1808-1813). 320 réales 1810 RS, M, Madrid. Fr.300 - KM.545 - VG.2059 b - DP.863 ; Or - 26,92 g - 35,5 mm - 12 h PCGS Genuine Graffiti - AU Detail (42446610). Av. IOSEPH. NAP. D. G. HISP. ET. IND. R. (date). Tête ceinte d’un bandeau à gauche, au-dessous (date). Rv. IN. UTROQ. FELIX. - AUSPICE. DEO. Écu couronné et entouré du collier, accosté de 320 Rs ; à l’exergue (atelier). PCGS Genuine Graffiti - AU Detail (42446610). Avec RS pour marque des essayeurs Antonio Rafael Narvaez et Jose Sanchez Delgado. Minime coup de poinçon devant le menton. Faible usure bien homogène au droit et revers préservé avec une légère patine sur le brillant d’origine. TTB à Superbe / Superbe.

Base d'asta : 8000€

Lotto 384
Espagne

Joseph Napoléon (1808-1813). 80 réales 1813 RN, M, Madrid. Fr.302 - KM.552 ; Or - 6,73 g - 22,4 mm - 12 h Av. IOSEPH. NAP. D. G. HISP. ET. IND. R. (date). Tête ceinte d’un bandeau à gauche, au-dessous (date). Rv. IN. UTROQ. FELIX. - AUSPICE. DEO. Écu couronné et entouré du collier, accosté de 80 Rs ; à l’exergue (atelier). Très légèrement frotté au droit et infimes marques de manipulation. Avec une partie de son brillant d’origine. Superbe à Fleur de coin.

Base d'asta : 3000€

Aggiudicato : 3000€

Lotto 385
Espagne

Joseph Napoléon (1808-1813). 5 pesetas 1808, Barcelone. Calicó 13 - KM.69 - DMP.874 ; Argent - 39 mm - 12 h PCGS MS62 (36315777). Av. Armes dans un losange, couronne sans fin. Rv. *EN* BARCELONA (date). Couronne, au centre : 5 PESETAS. C’est le second plus haut grade ! PCGS MS62 (36315777). Avec une jolie patine grise. Faibles traces de circulation. Superbe à Fleur de coin.

Base d'asta : 1000€

Lotto 386
Espagne

Joseph Napoléon (1808-1813). 5 pesetas 1811, Barcelone. Calicó 16 - LMN.834 ; Argent - 26,8 g - 39 mm - 12 h PCGS MS64 (37153110). Av. Armes dans un losange, couronne sans fin. Rv. *EN* BARCELONA (date). Couronne, au centre : 5 PESETAS. Top Pop : c’est le plus bel exemplaire gradé ! PCGS MS64 (37153110). De qualité remarquable pour ce type, proche de son état de frappe et recouvert d’une jolie patine grise. Superbe à Fleur de coin.

Base d'asta : 1400€

Aggiudicato : 1600€

Lotto 387
Espagne

Amédée Ier (1870-1873). 5 pesetas, Flan bruni (PROOF) 1871 (18 - 71), SDM, Madrid. KM.666 - CC.17447 v. ; Argent - 25 g - 37 mm - 6 h NGC PF 62 (4692421-002). Av. AMEDEO I REY - DE ESPANA. Tête nue à gauche d'Amédée Ier, signature L. M. et au-dessous *(date)*. Rv. LEY 900 MILLESIMAS 40 PIEZAS EN KILOG. Écu couronné entre les deux colonnes, au-dessous (différent) 5 PESETAS (atelier). Provient de la collection Elariz. NGC PF 62 (4692421-002). Rarissime frappe de présentation sur Flan bruni (PROOF). Monnaie spectaculaire. Superbe.

Base d'asta : 3000€

Aggiudicato : 3800€

Lotto 388
Espagne

Alphonse XII (1874-1885). 5 pesetas 1875 (75), Madrid. Calicó.35 ; Argent - 25 g - 37 mm - 6 h NGC MS 63 (5883937-007). Av. ALFONSO XII REY DE ESPANA. Tête nue à gauche, signature G.S. et au-dessous * (date) *. Rv. LEY 900 MILLESIMAS 40 PIEZAS EN KILOG. Écu couronné entre les colonnes, au-dessous (essayeur) 5 PESETAS (atelier). NGC MS 63 (5883937-007). De minimes marques de manipulation pour cet exemplaire avec une patine aux reflets irisés. Seuls 2 exemplaires sont supérieurs en grade. Superbe à Fleur de coin.

Base d'asta : 1000€

Aggiudicato : 1500€

Lotto 389
Espagne

Alphonse XII (1874-1885). 5 pesetas 1876 (76), Madrid. Calicó.37 ; Argent - 37 mm - 6 h NGC MS 65 (5883937-005). Av. ALFONSO XII REY DE ESPANA. Tête nue à gauche, signature G.S. et au-dessous * (date) *. Rv. LEY 900 MILLESIMAS 40 PIEZAS EN KILOG. Écu couronné entre les colonnes, au-dessous (essayeur) 5 PESETAS (atelier). Top Pop (3) : c’est le plus bel exemplaire gradé ! NGC MS 65 (5883937-005). Dans son état de frappe avec une patine grise. Fleur de coin.

Base d'asta : 1500€

Aggiudicato : 2400€

Lotto 391

Quentovic, Dvtta monétaire. Trémissis ND (600-650), Quentovic. Belfort 4960 v. - MEC.I - - NM type 20-3A ; Or - 1,26 g - 12 mm - 12 h Av. + VVICCO. Buste diadémé à droite. Rv. DVTTA MOHS. Croix grecque pattée, soudée sur un degré, au-dessus de deux autres degrés. Sur un flan assez large. Frappe avec un coin rouillé au droit. Revers bien venu à la frappe. TTB / Superbe.

Base d'asta : 800€

Lotto 392

Quentovic, Ela monétaire. Trémissis ND (600-650), Quentovic. Belfort 4984-4985 - MEC.I 472 - P.1138-1139 ; Or - 1,27 g - 12 mm - 12 h Av. (à 1 h.) + ELA MONIT. Tête diadémée à droite. Rv. VVICVS FIT. Croix potencée au sommet, soudée sur une base rectangulaire contenant la croisette initiale. Provient de la collection J. R. de Béziers, Live auction CGB septembre 2015 n° 351829. Belle frappe et gravure de qualité, avec les reliefs remontés et nets. Léger frottement au droit. Superbe. Les trémissis du monétaire ELA sont bien connus avec 16 exemplaires répertoriés en 1996 par J. Lafaurie (RN, 1996, p.199-200) et leur teneur en or a été analysée. Elle ressort entre 46 et 60 % pour un poids entre 1,27 et 1,29 g

Base d'asta : 1500€

Lotto 393

Rouen, Bertechramno monétaire. Trémissis ND (600-650), Rouen. B.3825 v. - P.248 ; Or - 1,30 g - 11 mm - 3 h Av. (à 12 h.) ROTO - MO CI. Buste à droite. Rv. (à 12 h.) BERTECHRAMNO. Croix sur un besant, dans un grènetis perlé. Avec une jolie couleur dorée et de haut relief pour le buste. Revers légèrement décentré. Superbe à Fleur de coin.

Base d'asta : 3000€

Lotto 394

Rouen, Chagnoaldus monétaire. Trémissis ND (600-650), Rouen. B.3830 ; Or - 1,14 g - 10,5 mm - 2 h Av. + ROTO - MOCI. Buste à droite, trois besants devant. Rv. + CHAGNOALDO. Croix pattée posée sur un globule, dans un grènetis. Infimes traces de frottement sur les hauts reliefs. TTB à Superbe.

Base d'asta : 1800€

Lotto 395

Rouen, Cheloaldus monétaire. Trémissis ND (600-650), Rouen. B.3833-3834 v. - P.cf 252 ; Or - 1,29 g - 11,7 mm - 8 h Av. (à 12 h.) + ROT - OMO. Buste à droite. Rv. (à 1 h.) CHILOALDO MO. Croix grecque dans une couronne. De joli style avec ce buste si particulier et croix grecque au revers. Légèrement décentré au revers. Superbe.

Base d'asta : 3000€

Lotto 396

Louis le Pieux (814-840). Obole au portrait, classe I ND (814-819), Arles. D.60 - MG.438 - MEC.I p.213 (classe I) - Gariel XV, 32 - Coll. Gariel 689 ; Argent - 0,76 g - 15,5 mm - 3 h Av. H LVDOVVICVS IMP. Buste lauré à droite. Rv. (à 6 h.) + ARELATVM. Porte de ville. Rarissime avec quelques exemplaires connus seulement et cet exemplaire, sans doute, le plus beau. Très joli buste. Patine grise. TTB.

Base d'asta : 5000€

Lotto 397

Charles II le Chauve (840-877). Denier ND (840-877), Amiens. D.30 - MG.cf.760 ; Argent - 1,55 g - 20 mm - 4 h NGC MS 62 (5781461-036). Av. (à 12 h.) + GRATA D-I DEX. Monogramme de Charles. Rv. + I AMBIANIS CIVI. Croix. Top Pop : c’est le seul exemplaire gradé ! Provient d’une vente sur offres iNumis 12 n° 362. NGC MS 62 (5781461-036). Variété légèrement immobilisée avec GRATA et I AMBIANIS. Belle patine. Superbe.

Base d'asta : 2500€

Lotto 398

Charles II le Chauve (840-877). Denier ND (840-877), Quentovic. D.812 - MG.716 ; Argent - 1,50 g - 21 mm - 3 h NGC MS 63 (5781461-037). Av. (à 12 h.) + GRATIA D-I DEX. Monogramme de Charles sous forme HRLS. Rv. + I QVVENTOVVIC. Croix cantonnée de deux besants. Top Pop : c’est le plus bel exemplaire gradé ! NGC MS 63 (5781461-037). Belle frappe. Patine grise. Superbe.

Base d'asta : 300€

Aggiudicato : 380€

Lotto 399

Lothaire (840-855). Denier au temple ND (840-855), Verdun. D.1124 - MG.551 ; Argent - 1,27 g - 21 mm - 8 h Av. + H LOTHARIVS IMP. Croix cantonnée de quatre globules. Rv. VIRIDVNVM CIVIS. Temple surmonté d’une croisette. Le flan à peine voilé. Belle patine grise. Superbe.

Base d'asta : 1000€

Aggiudicato : 1300€

Lotto 400

Robert Ier (922-923). Denier au buste de Saint Martin ND (920-925), Tours et Chinon. D.322 - Dy.414 - PA.1669-1670 ; Argent - 1,44 g - 21 mm - 12 h Av. TVRON. Buste diadémé à droite de Saint Martin. Rv. + CAINONI CASTRO. Croix. Exemplaire de remarquable qualité, l’un des plus beaux connus, avec un buste de Saint Martin bien détaillé. TTB à Superbe. Ce denier date de l'époque de la fin du règne de Charles le Simple, sous Robert Ier, ou début du règne de Raoul. La tête de Saint Martin représentée commémore le transfert solennel du corps de l’apôtre des Gaules dans la basilique nouvellement reconstruite. Ce denier marque le début du monnayage féodal. Sous la pression des Normands, l'atelier de Tours doit être transféré à Chinon à plusieurs reprises, ces deniers servaient à la solde des troupes

Base d'asta : 3000€

Lotto 401
France / Capétiens

Louis IX dit Saint Louis (1245-1270). Gros tournois ND (1266-1270). Dy.190D ; Argent - 4,13 g - 25,5 mm - 12 h PCGS AU55 (41820885). Av. + LVDOVICVS. REX et en légende extérieure : + BNEDICTV: SIT: NOME: DNI: NRI: DEI: IHV: XPI. Croix. Rv. + TVRONV.S. CIVIS. Châtel tournois. C’est le second plus haut grade ! PCGS AU55 (41820885). Avec une jolie patine sombre. Superbe.

Base d'asta : 500€

Aggiudicato : 500€

Lotto 402
France / Capétiens

Philippe VI (1328-1350). Parisis d’or ND (1329). Dy.248 - Fr.264 ; Or - 6,86 g - 31 mm - 9 h Av. + PHILIPPVS: DEI: GRA: FRANCORVM: REX. Le Roi assis dans une stalle gothique avec baldaquin couronné, tenant le sceptre et la main de justice, les pieds posés sur deux lions couchés. Rv. + XPC: VINCIT: XPC: REGNAT: XPC: IMPERAT. Croix feuillue et fleuronnée avec quadrilobe en cœur, cantonnée de quatre lis, dans un quadrilobe aux quatre angles extérieurs tréflés. À peine frotté sur les hauts reliefs au droit. Traces obliques au droit provenant du coin. Presque superbe.

Base d'asta : 18000€

Aggiudicato : 18000€

Lotto 403
France / Capétiens

Philippe VI (1328-1350). Écu d’or à la chaise, 6e émission ND (1349). Dy.249E - Fr.270 ; Or - 4,44 g - 29 mm - 10 h Av. + PHILIPPVSx DEIx °°GRA°° FRANCORVMx REX. Le Roi assis dans une stalle gothique, couronné, vêtu du haubert et de la cotte d’armes, tenant l’épée et l’écu de France aux lis sans nombre, dans un polylobe cantonné de petits trèfles ; sautoirs sur les marches de la stalle. Rv. + XP’C: VINCIT: XP’C: REGNAT: XP’C: IMPERAT. Croix quadrilobée et fleuronnée, dans un quadrilobe orné de feuilles et cantonné de quatre trèfles sans queue, dont trois ont la pointe vers l’extérieur. Légèrement nettoyé. Légères faiblesses de frappe. TTB.

Base d'asta : 1000€

Aggiudicato : 1000€

Lotto 404
France / Capétiens

Philippe VI (1328-1350). Florin Georges, 1ère émission ND (1341), Angers. Dy.257 - Fr.272 ; Or - 4,62 g - 28 mm - 8 h Av. (lis) PHILIPPVS: DEI - GRA’ - :FRACOR’: REX. Saint Georges à cheval à gauche, heaumé et cuirassé, portant un écu à la croix et tenant une lance qu’il plonge dans la gueule du dragon allongé aux pieds du cheval ; champ de lis ; le tout dans un polylobe coupé en haut et en bas. Rv. + XP’C: VINCIT: XP’C: REGNAT: XP’C: IMPERAT. Croix quadrilobée et fleuronnée, dans un quadrilobe feuillu et cantonné de quatre lis. Traces sur la tranche notamment à 1 h. (essai ?) et 7 h. (coup). Quelques faiblesses de frappe au revers. Usure régulière des hauts reliefs. TTB.

Base d'asta : 20000€

Aggiudicato : 24000€

Riceve aggiornamenti da noi.

Per essere informato del nostro programma di aste.